Ile Maurice: Eau - Pas de coupures drastiques à l'horizon

7 Décembre 2022

La sécheresse se fait de plus en plus sentir. D'autant plus que les mois de novembre et décembre sont connus comme étant les plus secs. Août et septembre ont, eux, été déficitaires en pluie. Rien que pendant la première quinzaine de septembre, la météo a enregistré une moyenne de 22 mm de pluie sur toute l'île contre 41 mm en temps normal pendant cette période. N'attendez donc pas à ce que le pays reçoive une bonne pluviométrie d'aussitôt, du moins pas avant la fin de décembre.

De l'autre côté, les sources d'eau, les réservoirs et les nappes phréatiques dépendent beaucoup de la pluviosité. Et les réservoirs de l'île n'affichent pas bonne mine en ce moment alors que le niveau d'eau est drastiquement en baisse. À titre d'exemple, le taux de remplissage du réservoir Piton-du-Milieu était à 55,5 % à la fin de novembre.

Prakash Maunthrooa, le directeur général de la Central Water Authority (CWA), était à Melrose hier afin d'énumérer les mesures prises pour soulager les habitants de la circonscription n°10 (voir encadré). Mais avant, il a dressé un bilan de la situation à Melrose. "Nous sommes en train de passer par une période de sécheresse sévère. (... ) En octobre, nous avons reçu 33% de pluviosité par rapport à ce que nous avons l'habitude d'avoir. C'est un record historique." Selon lui, les réservoirs affichaient hier un taux de 45 %. Il explique que dans plusieurs régions, les nappes phréatiques ont séché complètement. Il cite comme exemple celles de Cluny.

Camions citernes

Du côté de la CWA, un cadre affirme ne pas prévoir de coupures drastiques pour le moment malgré la situation toujours très inquiétante. "Il y a une décision prise pour l'Ouest. Pour les autres régions, rien ne change dans la distribution." En ef- fet, depuis deux semaines, les habitants de l'Ouest ne sont alimentés qu'à partir de 15 heures jusqu'à 21 heures. Dans un communiqué émis par la CWA, il est expliqué que l'autorité a "dû revoir à la baisse sa production d'eau dans ses installations de Bois-Noir et de Yemen. En raison de la chute conséquente du niveau d'eau dans ces deux endroits". Des camions-citernes sont également déployés dans des lieux pour alimenter des régions comme Domaine Palmyre, Multipliant, îlot Frottier, Petite-RivièreNoire, Case-Noyale ou encore Cité Eucalyptus.

Or, si la réserve d'eau continue de baisser drastiquement, la CWA n'aura pas d'autre choix que d'appliquer des mesures extrêmes et revoir ses heures de distribution d'eau. Et les régions qui reçoivent en moyenne moins de huit heures d'eau par jour seront davantage impactées par le manque d'eau. Ces régions sont notamment Mont-Roches, Nouvelle-France, Union-Park et Tranquebar. Même si l'eau baisse, le gaspillage existe bel et bien. Arrosage des plantes et lavage de voitures restent un rituel quotidien chez plusieurs habitants. "On nous demande d'utiliser l'eau judicieusement, avec parcimonie. Mais comment dire à d'autres personnes qu'elles gaspillent l'eau ? J'ai un voisin qui lave sa voiture tous les matins sans exception. Ki kalité sal li sal loto-la?" déplore une habitante exaspérée.

Au niveau de la CWA, l'on fait ressortir qu'une campagne de sensibilisation a déjà commencé afin de lutter contre le gaspillage d'eau. Elle se poursuivra pendant plusieurs semaines. Le but est de sensibiliser la population aux bonnes pratiques d'utilisation de l'eau et de préparer les consommateurs si le besoin se fait sentir en cas de mesures drastiques dans la distribution d'eau.

Le ministre des Services publics, Joe Lesjongard, avait abordé le problème d'eau au Parlement en octobre, après une question du député Ehsan Juman. Il avait annoncé une série de mesures pour soulager la population pendant les prochains mois. Il a parlé de l'installation de nouvelles stations de traitment, la construction des réserves d'eau et l'installation de nouveaux tuyaux dans diverses régions. Ces stations de traitement seront aménagées près des rivières et des étangs.

La CWA prévoit l'agrandissement de la station de traitement de Mont Blanc afin d'augmenter le débit d'eau. Plusieurs terrains dans la région de Plateau Longanes, Chamouny ont déjà été identifiés. Le ministère des Terres et du logement procède actuellement à un exercice d'acquisition de terrains dans cette région.

À noter que le Non-Revenue Water affecte énormément la distribution d'eau. Au Parlement, le 29 novembre dernier, le député Reza Uteem avait interpellé Joe Lesjongard sur le Non-Revenue Water. Selon lui, en quatre ans, il n'y a pas eu de réduction de Non-Revenue Water par la CWA.

En effet, selon lui, ce taux est toujours à 60 %. Pour le ministre des Services publics, ce n'est pas en remplaçant les tuyaux que la Non-Revenue Water sera réduite même s'il affirme que dans de nombreuses régions, le réseau est vieux et obsolète avec une capacité de distribution insuffisante, associée à de fréquentes fuites et ruptures de tuyaux. "D'autres facteurs doivent être pris en considération", fait-il ressortir. Pour rappel, la CWA dispose d'un réseau de distribution d'eau potable d'une longueur totale de 5 246 km.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.