Madagascar: Désorganisation au sein de la Jirama - L'approvisionnement en eau et électricité condamné

L'opinion se lasse des problèmes internes de la Jirama et remet plutôt sur le tapis la privatisation de la compagnie. L'État fait la sourde oreille et s'attarde sur la prise de bonnes décisions.

Amusement. Les dirigeants de la compagnie d'eau et d'électricité jouent avec les nerfs des usagers. C'est l'impression entendue ici et là, après les évé-nements qui ont électrocuté certaines têtes au sein de la Jirama. Le mandat d'arrêt lancé à l'encontre de certains directeurs, l'emprison-nement d'autres, et même si le Conseil d'administration choisit d'affecter des milliers de salariés, " cela ne changera rien à la situation actuelle de piètres services d'approvisionnement en eau et électricité " disent des consommateurs. Les emprisonnements n'ont ni arrêté les délestages ni amélioré la qualité de service en eau. " Et quand le ministre de l'Énergie et des hydrocarbures, Andry Ramaroson, et le président du Conseil d'administration de la Jirama, Solo Andriamanam-pisoa, déclarent qu'un nouveau directeur général par intérim allait être nommé, il n'en a rien été.

Il en est de même, concernant les services " livre Raolison, observateur et citoyen aimant tout juste les débats d'idées. " Trois jours après cette déclaration, lancée pour tenter d'apaiser les esprits après les problèmes internes de la Jirama dûs à une mauvaise gestion et à des malversations financières, aucun DG, même par intérim, n'est annoncé " ajoute Raolison. Des sources auprès de la compagnie expliquent que le Conseil d'administration n'est pas en droit de prononcer un quel-conque remplaçant à Rivo Radanielina, qui est légalement le DG par intérim, du moins jusqu'au 9 décembre 2022. Même si ce dernier est déclaré comme étant en repos maladie, il ne peut être remplacé qu'à la fin de sa convalescence.

Centrale

L'actuel DG par intérim est happé par une décision de condamnation, suite à un accord de remise de primes exceptionnelles " trop importantes " et de favoritisme dans l'attribution de marchés publics. " L'opinion publique sera quand même aux premières loges de cette forme de cinéma interprété par les dirigeants de la Jirama pour annoncer ce qu'il adviendra de l'actuel DG ainsi que des autres " indiquent d'autres sources. Hormis la saga, les observateurs s'inquiètent surtout sur le sort de l'approvisionnement en eau et en électricité. Qu'en est-il de la problématique d'étiage qui condamne chaque année des millions de consommateurs directs et indirects d'électricité, restés sans solutions pratiques et durables ?

Pourquoi le délestage persiste-t-il alors que le quatri-ème groupe pour Andekaleka a été mis en place au mois de mars et que le délestage a été déclaré moindre à partir du mois d'août ? Qu'en est-il des projets de centrales hydroélectriques annoncés depuis les quatre dernières années mais qui peinent à se concrétiser ? La centrale de Volobe, d'une puissance de 120Mw et d'une production annuelle de 750 gigawattheure, est-elle restée en rade ? " Qu'attendent les dirigeants de ce pays pour trancher une bonne fois pour toute sur ce projet" lance Raolison.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.