Cote d'Ivoire: Musique - Tiken Jah appelle à la libération des 46 soldats et salue le retour de la stabilité

8 Décembre 2022

"Il y a la stabilité aujourd'hui. Le fait qu'on soit dans un pays stable, il ne faut pas refuser de saluer cela". Tiken Jah Fakoly s'est réjoui, dimanche à son domicile, des progrès de la Côte d'Ivoire depuis 2011.

"En 2013, dans l'album "Dernier appel", j'ai dénoncé certains comportements de la gouvernance actuelle. Mais, ça ne veut pas dire que tout va mal. Les pays est débout", a ajouté la vedette du reggae, à l'occasion de la présentation de son 13e album au titre évocateur : "Braquage de pouvoir". Toutefois, il a souligné que les injustices et inégalités doivent être dénoncées. "Nous sommes la bouche musicale de la société civile", a souligné l'artiste. Poursuivant, Tiken Jah Fakoly a appelé à la libération des militaires ivoiriens détenus au Mali, depuis le 10 juillet 2022. "Je souhaite que les 46 soldats soient libérés. Cela fera du bien à nos soldats, à la Côte d'Ivoire et au Mali", a martelé le chanteur. S'agissant de l'œuvre, il faut savoir que c'est une galette de 13 titres.

On y retrouve des morceaux percutants comme "Gouvernement 20 ans" et "Braquage de pouvoir" qui fustigent les régimes autocratiques en Afrique, mais aussi des featurings inédits avec Grand Corps Malade ("Enfant de la rue") où le reggae s'arrime au slam, Amadou et Mariam ("Don't worry") où la musique mandingue forme une symbiose avec reggae, Winston McAnuff ("I can hear")... Tiken Jah interpelle par ailleurs dans "Où est-ce que tu vas ?" la jeunesse africaine sur sa propension à fuir le continent. "Je n'interdis pas aux jeunes de voyager, mais il faut savoir où tu vas. L'avenir c'est l'Afrique. Tout est à faire ici. Beaucoup d'Européens viennent en Afrique. Si vous les voyez aller quelque part, c'est que c'est bon là-bas" a fait savoir Tiken Jah Fakoly.

Dans "Colonisé", il pose la problématique de l'émancipation du peuple africain de l'héritage colonial. Tout comme il invite les Africains à renoncer aux lamentations pour prendre leur destin en mains par le travail. Non sans réaffirmer sa croyance en Dieu, avec la chanson "Religion". En somme, c'est un album de belle facture concoctée dans la pure tradition du reggae qui allie textes musclés et mélodie entraînante. Du bon Tiken Jah, comme on en aime. Justement, pour donner un avant-goût de cet opus aux mélomanes, il a gratifié les reggaephiles présents d'un mini-concert acoustique.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.