Afrique de l'Est: Le président rwandais instrumentalise les droits des réfugiés, le Hrw

President Paul Kagame
communiqué de presse

Le Royaume-Uni devrait annuler l'accord sur les demandeurs d'asile

Cette semaine, le président rwandais Paul Kagame a lancé un avertissement sans ambages aux réfugiés fuyant la recrudescence de la violence en République démocratique du Congo : " Nous ne pouvons pas continuer à accueillir des réfugiés pour lesquels, plus tard, nous serons tenus responsables d'une manière ou d'une autre, ou attaqués. "

La déclaration du président illustre crûment la politisation des droits des réfugiés opérée par le gouvernement rwandais. Elle intervient à un moment où le Rwanda vient de conclure un accord peu scrupuleux d'un montant de 120 millions de livres (environ 145 millions de dollars) avec le Royaume-Uni pour accueillir des demandeurs d'asile arrivés au Royaume-Uni par des voies " irrégulières ". Outre avoir tenté d'édulcorer le bilan du Rwanda en matière de droits humains, les autorités britanniques ont cherché à justifier leur politique en affirmant que le Rwanda a une solide expérience en ce qui concerne l'accueil de réfugiés - dont environ 76 000 sont issus de la RD Congo voisine. En réalité, le gouvernement britannique ignore délibérément les faits.

Comme il le faisait déjà il y a dix ans, le Rwanda soutient la rébellion du M23 dans l'est de la RD Congo. La reprise des hostilités par le M23, l'armée congolaise et divers autres groupes armés a contraint plus de 520 000 personnes à fuir leurs foyers, selon les Nations Unies. De récentes enquêtes menées par le groupe d'experts des Nations Unies sur le Congo, ainsi que des recherches de Human Rights Watch, ont identifié des preuves selon lesquelles le Rwanda ne se contente pas seulement de fournir un soutien logistique au M23, mais intervient également directement sur le sol congolais avec ses propres troupes pour renforcer les rangs du groupe armé ou combattre à ses côtés.

Les propos de Paul Kagame font peut-être référence aux meurtres d'au moins 12 réfugiés congolais dans le camp de réfugiés de Kiziba, au Rwanda, en février 2018, lorsque la police a tiré à balles réelles sur des réfugiés qui protestaient devant le bureau de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) du district de Karongi, dans la province de l'Ouest.

Ses dernières déclarations témoignent du refus des autorités de prendre leurs responsabilités et d'assurer que justice soit rendue pour les abus perpétrés par les forces de sécurité rwandaises, y compris à l'encontre de réfugiés. L'enquête de la commission nationale des droits humains sur les meurtres de 2018 a étouffé l'affaire et personne n'a été tenu pour responsable à ce jour. Au lieu de cela, la police rwandaise a arrêté plus de 60 réfugiés et les a accusés de participer à des manifestations illégales, de se livrer à des violences contre les autorités publiques et à des actes de rébellion, puis de désobéir aux forces de l'ordre. Certains ont également été accusés de " propagation d'informations mensongères en vue de provoquer l'hostilité de l'opinion internationale vis-à-vis de l'État rwandais".

Les dernières attaques de Paul Kagame contre les droits humains, cette fois contre ceux des réfugiés, ne font que s'ajouter à la liste des preuves attestant que le Rwanda n'est pas un partenaire international fiable et de bonne foi, et que le projet du Royaume-Uni d'envoyer des demandeurs d'asile au Rwanda est fondé sur des contre-vérités et une politique cynique.

Directeur, Afrique centrale

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.