Ethiopie: Les troupes érythréennes ont commencé à se retirer de certaines parties du Tigré

Armée érythréenne

En Éthiopie, les troupes érythréennes ont commencé à se retirer de certaines parties du Tigré. Ce retrait ne concerne pour l'instant que deux villes de la région. Les États-Unis ont néanmoins salué ce qu'ils ont qualifié de " clé pour assurer une paix durable ".

Des centaines de soldats érythréens juchés sur des camions ont été vus quittant les villes de Shire. Un témoin dit avoir compté " 300 véhicules " roulant en direction de la périphérie vendredi 20 janvier, pendant toute la journée, précisant que les Érythréens avaient également emporté leurs armes lourdes.

Sur des images diffusées par des Tigréens sur les réseaux sociaux, on peut voir en effet rouler un convoi militaire avec une pancarte accrochée sur le côté d'un camion, disant " Game Over " (" Jeu terminé "), la formule utilisée par le président érythréen Issayas Afewerki pour justifier son intervention contre le TPLF, le parti qui gouverne la région.

Un " progrès significatif " selon la diplomatie américaine

Côté officiel, une source tigréenne confirme mais se veut prudente, disant que le retrait ne concerne que quelques villes. De fait, selon des témoins, les Érythréens, qui auraient également quitté Axoum, sont encore présents dans de nombreux secteurs, y compris dans les villes apparemment évacuées. Aucun commentaire en revanche du gouvernement fédéral éthiopien.

La mission militaire de vérification de l'Union africaine, seule habilitée à constater un tel retrait, n'a encore rien dit, elle non plus. Seul Anthony Blinken, le secrétaire d'État américain, a parlé dimanche de ce " retrait en cours " comme d'un " progrès significatif " dans la mise en œuvre de l'accord de paix.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.