Congo-Kinshasa: Université catholique du Congo - Évaluation de la participation de la RDC dans les communautés économiques régionales

La Faculté d'économie et développement de l'Université catholique au Congo (UCC) a organisé, le 24 janvier, une journée scientifique au cours de laquelle les étudiants et d'autres invités ont assisté à une série de conférences animées par des professeurs d'université ainsi que des cadres des entreprises et instituts étatiques du secteur économique et de développement.

Le thème principal de la journée scientifique a été " Intégration de la République démocratique du Congo aux communautés économiques régionales : regard critique ", développé par le Pr Onésime Kukatula Falash de l'UCC. Plusieurs autres thèmes transversaux ont tenté de répondre au questionnement posé par le thème central, tels " Industrialisation et zones économiques spéciales ", développé par le directeur juridique à l'Agence des zones économiques spéciales, Marc Mukaba; " Environnement des affaires et intégration économique de la RDC ", développé par le directeur général de l'Agence nationale de la promotion de l'industrie (Anapi), Anthony Nkinzo.

La quatrième conférence, animée par le Pr Claude Sumata de l'UCC, a porté sur la " Compétitivité des affaires et chaînes de valeurs régionales ", pendant que la cinquième, animée par le Pr Adelard Kasheshi, a abordé l'" Intelligence économique et intégration régionale ". Quant à la dernière, tenue par le Pr Jephté Nsumbu, elle a porté sur le thème " Questions monétaires et intégration économique ".

La RDC appelée à s'ouvrir obligatoirement au monde

Déjà, dans son mot d'ouverture de la journée, le secrétaire général académique de l'UCC a indiqué que la République démocratique du Congo (RDC) était appelée à s'ouvrir, le repli sur soi ou l'enfermement étant nuisible au pays. " Cela prend les allures d'une auto-condamnation ", a-t-il fait savoir, ajoutant que ce temps de réflexion initié par cette institution d'enseignement universitaire ressemble à un temps de capacitation.

Relevant les objectifs de cette journée scientifique, le doyen par intérim de la Faculté d'économie et développement de l'UCC, le Pr Grégoire Ngalamulume, a rappelé que cette série de conférences vise à proposer des actions concrètes à impact réel et orienter des actions des décideurs.

En abordant le thème principal, le Pr Onésime Kukatula a relevé que le développement doit impérativement passer par l'intégration qui présente plusieurs avantages sur les plans macroéconomique et microéconomique. Elle permet notamment, selon lui, d'accroître la crédibilité, de mener des efforts d'amélioration du climat des affaires, d'harmoniser sa situation économique, la neutralité des politiques commerciales, l'augmentation de la taille du marché et constitue un signal fort pour les investisseurs. Si sur le plan politique il y a la fonctionnalité et les aspects stratégiques, les effets attendus, a-t-il dit, sont notamment la suppression des barrières, l'ouverture des marchés ainsi que l'augmentation de la productivité.

Par rapport à l'indice de l'intégration du Congo, le Pr Onésime Kukatula a indiqué que la RDC est neuvième sur onze pays de la Communauté des Etats de l'Afrique centrale, dernière sur seize pays à la SADC et douzième sur vingt et un pays à la Comesa. C'est de la conclusion de son exposé qu'il s'est enquis de ce que doit faire le pays pour améliorer sa situation. Et, les exposés qui ont suivi ont apporté des réponses à cette grande question.

Pour le directeur général de l'Anapi, Anhony Nkinzo, dont l'exposé a juste suivi celui du président de cette journée scientifique, les raisons de l'adhésion du Congo dans les différentes communautés sont notamment sa position géographique, étant au centre de l'Afrique, la recherche de la consolidation de la paix et de la sécurité, l'ouverture aux marchés régionaux, la présence de plusieurs potentialités et opportunités d'affaires, les variétés linguistiques et culturelles ainsi que la vocation de leadership au cœur du continent. Mais, l'amélioration du climat des affaires est le facteur de la compétitivité de la RDC au sein de toutes ces communautés économiques régionales.

Relevant certains points forts, notamment le fait que la RDC est co-fondatrice de plusieurs de ces communautés, leader naturel au sein de la région ainsi que l'usage de la culture et des langues communes à plusieurs membres de ces communautés, Anhony Nkinzo a, par ailleurs, fait savoir que l'appartenance de la RDC à des organisations régionales pose un problème d'harmonisation des divers instruments juridiques qui doivent s'adapter à chaque zone économique régionale, ainsi que l'assainissement du climat des affaires.

Cette série de conférences a été clôturée par une interaction entre les panélistes et les participants qui a clairement noté qu'il y a encore des efforts à fournir par la RDC pour optimiser sa participation à ces communautés économiques régionales. Après l'évaluation de l'adhésion du pays aux différentes organisations économiques sous-régionales, il est question de définir une véritable diplomatie économique et améliorer le climat des affaires.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.