Togo: 'Tous les dirigeants des pays francophones sont les mêmes', d'après Spieker

opinion

Quiconque veut se faire confier la plus lourde responsabilité au Togo, doit bien observer le monde dans son total bouleversement actuel aussi bien en Afrique que dans le reste du monde afin de pouvoir tirer beaucoup de leçons.

D´abord la Guerre en Ukraine est une occasion qui permet de bien comprendre comment l´occident défend ses intérêts lorsqu´un pays tiers attaque un des leurs. Ils font bloc sans ménagement pour le défendre. C´est ainsi que les milliards de dollars ou d´euros de part et d´autre sont débloqués pour soutenir l´Ukraine sous l´occupation russe. On peut se permettre de comparer cette occupation à celle de la Palestine par l´Israel qui attaque tout le temps sa voisine dont il ne veut même pas son existence. Pourtant l´agression israélienne en Palestine n´indigne autant, sinon même pas, des chefs d´État occidentaux qui défendent l´Ukraine aujourd´hui . Au contraire, l´Israël bénéficie de soutien incondtionnel des États-Unis et de ses alliés qui se contentent des condamnations verbales en cas d´attaque. Pourquoi n´envoient-ils pas aussi des armes à la Palestine pour se défendre de l´occupation israélienne puisqu´ils reconnaissent aussi que c´est une occupation illégale ? Quand on est juste il faut voir les choses avec un regard impartial et juste. Alors, l´occident est-il juste vis-à-vis de la Palestine ? C´est un poids deux mesures.

De Deux, on doit beaucoup remercier les autorités maliennes pour leur courage face à la France. Elles sont en train de bouleverser l´ordre établi par la France dans ses colonies qu´elle considère comme ses pré carrés ou tout simplement ses propriétés privées et pour les conserver, a établi des bases militaires dans ces régions pour les défendre à tout prix lorsque les régimes en place sont ménacés par la colère populaire. Il faut reconnaître que la libération du joug français en Afrique francophone est amorcée par le Mali. Au lieu que les chefs d´État de ces pays encouragent leurs homologues maliens et burkinabès, ils se laissent manipuler par les puissances étrangères en commençant. Ces dernières qualifient les paramilitaires de Wagner de mercenaires et que la Russie selon elles, vient en Afrique pour piller et exploiter les ressources de l´Afrique. C´est ce langage que tiennent tout le temps, les journalistes de la chaîne France 24. Et ce que fait la France, elle, en Afrique jusqu´aujourd´hui, comment s´appelle-t-il ? N´est-il pas aussi de l´exploitation ? Pourquoi cette même chaîne France 24 ne dénonçait-elle pas la France dans sa politique d´exploitation en Afrique ? Seuls les Africains abrutis peuvent voir les choses comme France 24 et croire cette chaîne dans ses commentaires biaisés sur l´Afrique et les autorités maliennes dans leur comportement.

Le troisième point de mon regard porte sur la gestion du Pouvoir en Afrique, en particulier en Afrique francophone.

Tous les dirigeants des pays francophones sont les mêmes. Il n´y a aucune exception. Nous avons tendance à incrimer le régime togolais dans sa confiscation du Pouvoir. C´est bien vrai. Mais la seule différence au Togo des autres pays de l´Afrique est que notre armée n´est pas une armée républicaine mais une armée tribale qui défend la cause d´un homme au lieu que ce soit la cause d´une Nation. À part ça, il y a une identité parfaite dans la gestion du Pouvoir dans ces pays. Prenons le cas de la Côte-d'Ivoire : Alassane Wattara qui se prend pour un grand intellectuel et fonctionnaire international, a tout fait pour faire le 3è mandat. Macky Sall au Sénégal où la Constitution ne peut pas être plus claire que ça, lorgne aussi le troisième mandat. Un jour je suis en train de suivre un débat dans une vidéo entre un Juriste sénégalais, sans doute du côté du Pouvoir, et un journaliste. L´argument du Juriste est que la Constitution sénégalaise n´interdit pas au président de briguer un troisième mandat mais seulement qu´il ne peut pas l´exercer en cas de sa victoire. Il poursuit son raisonnement en disant que, c´est quand Macky Sall va gagner les élections du troisième mandat que le problème de son exercice va réellement se poser et non à la participation auxdites élections. En clair, selon lui, Macky Sall peut bel et bien participer aux élections du troisième mandat mais ne peut pas l´exercer s´il gagnait. Voilà comment nos Juristes africains formés en France ou dans leurs pays, raisonnent quand il s´agit de conserver le Pouvoir. Ils font honte au continent. C´est leur ventre qu´ils défendent et non le Droit. Au Togo cette catégorie de Juristes est pleine. Ils ont perdu toute crédibilité et la rigueur du Juriste quand ils raisonnent.

Si Macky Sall n´a pas envie de faire le troisième mandat, va-t-il songer aller aux élections du troisième mandat ? C´est toute la question de bon sens qui est posée. C´est pour dire que Macky Sall aussi bel et bien violer la Constitution sénégalaise. Alpha Condé aussi a violé la Constitution guinéenne. Donc, c´est pour dire que tous les présidents africains sont pareils, surtout ceux qui ont la culture francophone. Imaginez un peu comment Alpha Condé a combattu la dictature en Gunée et c´est lui qui vient violer la Constitution guinéenne. Aucun des présidents africains francophones n´est épargné de cette envie de se maintenir au pouvoir après deux mandats successifs, que la Constitution soit claire ou pas. Même si Faure Gnassingbé quitte le pouvoir aujourd´hui, un opposant qui prend le pouvoir par les urnes, va vouloir faire la même chose et même pire que Faure Gnassingbé en se maintenant au pouvoir et bidouiller la Constitution. Pire, il va orienter ses relations vers la France pour asseoir sa longévité au Pouvoir. Les élections ne seront pas aussi transparentes comme ils le dénoncent aujourd´hui. Tous sont pareils, les Africains. Les Togolais ne sont pas épargnés. Quelle est la raison fondamentale qui pousse à faire le trisième mandat ? C´est la culture française du Pouvoir. Tout simplement ils sont tous formés dans les écoles françaises, acquièrent la culture française de frauder et la méthode de pérenniser au Pouvoir par la faveur de France. C´est tout. Les Africains francophones, opposants ou pas, ont des liens forts avec la France et comptent sur elle pour se maintenir au Pouvoir.

D´ailleurs en France certains dans le parti au Pouvoir proches à Emmanuel Macron tiennent un raisonnement étonnant : ils poussent Emmanuel Macron à revenir encore au Pouvoir après un an d´intervalle car selon eux, deux mandats consécutifs veut dire qu´on ne peut pas faire plus de deux mandats d´affilé mais un an après, on peut

se représenter. Juridiquement le raisonnement est tenable et défendable mais est-ce bien l´idée du législateur français ? La Constitution française ne parle pas d´"en aucun cas, plus de deux mandats" mais plutôt de "deux mandats consécutifs". C´est bien deux interprétations différentes.

Au Togo, pour pouvoir avoir l´assurance qu´un homme ne peut pas avoir le même comportement que ces dictateurs, s´il venait au pouvoir, il faut un homme d´une autre culture que la culture française ou francophone du Pouvoir et qui n´ait pas de liens directs avec la France. Sylvanus Olympio est modèle pour le Pouvoir au Togo et en Afrique. Quel Togolais peut-il l´être aujourd´hui ? Il n´y a pas en mon sens. Pour que le Togo prenne la bonne direction et puisse éradiquer les maux dont il souffre depuis des décennies, il faut un homme qui a ces caractéristiques :

il n´a pas des liens étroits avec la France

il n´a pas de Femme française

Il n´a pas des comptes bancaires ou des enfants qui vivent ou étudient en France

Il n´a pas besoin d´aller quémander le visa français au Consulat de France pour aller en Europe

Il ne prend pas la France comme pays refuge quand ça ne va pas au Togo.

Il faut couper toute sorte de dépendance entre l´homme du Pouvoir au Togo et la France.

Voilà cet homme robot dont le Togo a besoin si on veut mettre le pays dans la bonne direction en 2025. Il n´y aura aucun changement notable voulu par le peuple togolais si ces condtions ne sont pas remplies. Pour cela, il faut beaucoup observer les hommes politiques togolais qui veulent diriger ce pays. Sinon, vous allez vendre le sorcier pour acheter le voleur ou vice versa. Ils seront pire que Faure Gnassingbé s´ils venaient au Pouvoir. Il faut les faire passer au tamis. Seule l´alternance ne suffit pas pour changer les choses dans notre pays. C´est le système lui-même dans lequel les hommes politiques évoluent qui doit changer afin que les hommes politiques eux-mêmes changent. Exemple : Le Niger a connu une alternance démocratique. Le président Issouffou n´a pas voulu changer la Constitution pour faire un troisième mandat. C´est bien beau. Mais il a soutenu quelqu´un qui est pire que lui et ce dernier a mis le pays entre les mains de la France. Alors, peut-on vraiment parler du changement au Niger ? Personnellement, je dirais non, car le même système perdure au Niger. Le président actuel, Mr BAZOUM est sorti de même moule et du même parti politique que le président sortant. Il fait même, ce qu´Issoufou n´a pas fait en accueillant la base militaire française au Niger.

Supposant que Faure Gnassingbé manifeste la bonne volonté en privilégiant l´intérêt du pays et se retirer défintivement du Pouvoir à la fin de ce mandat. Les Togolais apprécieront ce beau geste et le hisseront au rang d´homme qui rentre dans l´histoire de bon côté du pays. Il va sortir par la grande porte. Mais si en se retirant, il place un de ses fidèles au pouvoir qui le remplace afin que les acquis de ses années de règne et ceux du système RPT/UNIR soient préservés. Alors, peut-on parler du changement ou d´alternance ? Pire encore si en se retirant volontairement il confiait le Pouvoir à l´un de ses fidèles qui se montre plus royaliste que lui, que ce soit dans la gestion du pays comme dans les relations avec la France. Où se trouvera le changement ou l´alternance dans notre pays ?

Pour qu´il y ait changement notable au Togo, faisons en sorte que le jour que Faure Gnassingbé va quitter le Pouvoir, que ce dernier ne remette pas le Pouvoir à l´un de ses fidèles d´UNIR, sinon c'est le système qui continue même sans lui, ni à quiconque qui se trouve dans l´une de ces caractéristiques au rang de l'opposition :

soit a des liens étroits avec la France ;

soit a fait des études en France et continue d´entretenir des liens étroits avec ce pays

soit a des enfants qui étudient en France

soit a des comptes bancaires en France

soit a besoin de visa français s´il se rend en Europe

soit a de femme française

soit la France est son pays refuge

Il faut qu´en 2025 Faure Gnassingbé cède le Pouvoir à quelqu´un qui n´est pas proche de la France pour remettre de l´ordre dans ce pays et le redresser. Quelqu´un qui peut diriger librement le pays sans influence de la France..

Moi, je ne cache pas mon ambition de diriger le Togo à partir de 2025 pour mettre la rigueur politique au centre de la culture togolaise car le pays est pourri. Il est important de créer des industries de transformation de nos produits et même demander à l'Allemagne de venir construire certaines industries de montage au Togo. Avec ce régime en place, ce n'est pas possible. Aucune industrie allemande ne viendra investir son argent dans ce système où l'impunité et la corruption sont monnaie courante. La corruption est endémique et devient la règle. Le pillage se fait à ciel ouvert en toute impunité. Les pilleurs ne sont plus inquiétés, puisqu´ils sont protégés. La justice ne les inquiète plus. La justice c'est pour eux. Ils ont le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire entre leurs mains. Le pays a besoin de changement, que ce soit sur le plan économique, éducatif, culturel et politique. Les vautours sont encouragés par l´impunité et le silence de Faure Gnassingbé qui laisse faire.

Même si Faure Gnassingbé quitte le pouvoir un jour ou du moins en 2025, tant que le système RPT/UNIR en place perdure, rien ne changera. C´est tout le système qui doit changer au Togo. L´appareil exécutif, législatif et judiciaire doivent changer. Il faut éloigner les Togolais de la culture de l´argent facile et leur inculquer une autre culture de la rigueur et du mérite.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.