Afrique de l'Est: Opération anti migrants à Mayotte - Les Comores accusent la France

Les Comores ont accusé, le 18 avril, la France de vouloir semer la « violence » avec une vaste opération anti-migrants prévue dans les prochains jours dans l'archipel français voisin de Mayotte et l'expulsion d'étrangers en situation irrégulière vers l'île comorienne d'Anjouan.

L'opération « Wuambushu » (reprise, en mahorais) du ministre français de l'Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, vise à déloger les migrants illégaux des bidonvilles du département français situé dans l'océan Indien et expulser les sans-papiers, dont la plupart sont des Comoriens, vers l'île comorienne la plus proche située à seulement 70 km à vol d'oiseau de Mayotte.

Cette opération approuvée en février par le président français, Emmanuel Macron, doit être lancée en fin de semaine, après la fin du ramadan. « Nous n'avons pas les moyens d'absorber cette violence fabriquée depuis Mayotte par l'Etat français. Une situation aussi complexe ne peut se régler de manière aussi déroutante », a déploré le gouverneur d'Anjouan, Anissi Chamsidine.

« Nous recommandons aux Français de renoncer vivement à l'opération Wuambushu », a pour sa part déclaré le porte-parole du gouvernement, Houmed Msaidie. Le président comorien, Azali Assoumani, a déclaré la semaine dernière espérer « que l'opération sera annulée », reconnaissant « n'avoir pas les moyens de stopper l'opération par la force ».

D'intenses tractations ont eu lieu ces dernières semaines entre Moroni et Paris. Des organisations de la société civile comorienne ont, de leur côté, dénoncé le « massacre que la France veut perpétrer sur l'île comorienne de Mayotte ». Sur place, les personnels de santé ont mis en garde contre de possibles « conséquences dramatiques » d'une telle opération anti-migrants.

De nombreux migrants africains et notamment comoriens tentent chaque année de rallier clandestinement Mayotte, où la moitié de la population est étrangère. Ces traversées hasardeuses prennent souvent un tour dramatique avec des naufrages de kwassa kwassa, petites embarcations de pêche à moteur utilisées par les passeurs.

Depuis 2019, l'Etat français a considérablement accru la lutte contre cette immigration clandestine, avec la présence continue en mer de bateaux intercepteurs et une surveillance aérienne. Département le plus pauvre de France avec 80 % de la population sous le seuil de pauvreté, l'île de Mayotte est confrontée à une délinquance galopante sur fond de crise migratoire.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.