Angola: Mise en relief de l'engagement envers l'agro-industrie pour diversifier l'économie

Luanda — Le ministre de l'Economie et de la Planification (MPE), Mário Caetano João, a souligné l'engagement du gouvernement envers l'agro-industrie pour le processus de diversification de l'économie angolaise, passant de 57% de participation au Produit Intérieur Brut (PIB) en 2011 à environ 75 % en 2022.

S'exprimant dans une interview à Voice of America (VOA), il a souligné que la contribution de l'agro-industrie au PIB a fait que le secteur non pétrolier représente actuellement 25 % du PIB.

Mário Caetano João estime que des progrès ont été réalisés, même si le pays reste dépendant des revenus : « nous continuons à être, à environ 66 %, dépendants du secteur pétrolier, et 95 % des exportations ».

Il a ajouté que des travaux sont en cours pour atteindre les deux autres indices, en particulier l'indice des actifs humains et l'indice de vulnérabilité économique.

"L'Angola est encore un pays dépendant en termes de recettes fiscales du secteur extractif (pétrole, gaz et diamants), car chaque fois qu'il y a une turbulence dans les prix internationaux, le Trésor le ressent et, par conséquent, elle a un impact sur le Budget général de l'État et le secteur social", dit-il.

Le ministre souligne qu'il existe dans le secteur économique une communauté d'affaires qui commence à se renforcer, la banque commerciale croyant, en 2022, davantage dans ledit secteur et fournissant plus de 2 milliards de dollars pour les activités les plus diverses, en mettant l'accent sur secteur agroalimentaire.

%

Il a reconnu que l'Angola doit changer de paradigme plus rapidement, expliquant qu'avant l'indépendance, le pays a été construit pour être un marché d'exportation, mais, malheureusement, avec la guerre civile, il a commencé à devenir un pays dépendant des importations à tel point qu'il importait 95 % des biens et services consommés(...).

Il a assuré qu'ils changeaient déjà le paradigme du pays, pour cesser d'être une opération logistique d'importation et de distribution, "où il n'y a pas besoin d'avoir des chaînes de valeur et où les segments ne sont pas utilisés, simplement parce que les produits qui venaient de l'étranger étaient simplement distribués.

Il a fait savoir que la Banque de développement d'Angola (BDA) était celle qui accordait le plus de crédit à l'économie angolaise.

"Le taux de croissance de l'agriculture jusqu'en 2020 était d'environ 1,1 et aujourd'hui nous avons 5%", a-t-il renforcé.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.