Madagascar: Comité contre la torture - Candidature malgache sollicitée

Les portes sont ouvertes pour Madagascar au niveau du comité contre la torture. La Grande île est sollicitée pour présenter sa candidature afin de siéger pour le prochain mandat de ce comité auprès des Nations unies.

Etant donné que les missions des actuels membres du comité toucheront à sa fin en décembre prochain, un remaniement est prévu pour renouveler, par un vote, ceux qui occuperont les postes au sein du comité à partir de 2024. C'est dans ce cadre que les compétences malgaches ont l'opportunité d'être mises en avant.

Haute intégrité

Madagascar doit, à cet effet, présenter un profil qui répondra aux critères du comité contre la torture. D'abord, le candidat doit être un expert ou une experte de haut vol, selon les textes qui régissent cette instance onusienne. Il doit ainsi posséder « une expérience juridique, notamment dans le domaine des droits humains », précise le ministère malgache de la justice.

De plus, le comité souhaite que Madagascar présente des « experts d'une haute intégrité et dont les compétences et l'expérience dans le domaine des droits de l'homme sont reconnues ». La personne doit être « de haute moralité et faire preuve d'impartialité », selon les textes du comité contre la torture. La chasse est alors ouverte pour dénicher cette perle rare parmi les pléthores de juristes que compte le pays.

Scrutin secret

Madagascar a jusqu'en octobre prochain pour présenter son candidat ou sa candidate au comité contre la torture. Les élections des nouveaux membres de cette instance auront lieu à Genève le 19 octobre prochain durant la 19ème réunion des Etats parties à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. C'est à cette occasion que les Etats parties éliront au scrutin secret les cinq membres du comité. L'appel à candidature est déjà lancé par le ministère de la Justice lequel donne, à son tour, aux candidats intéressés à ce poste, jusqu'au 7 juin prochain pour fournir leur CV.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.