Niger: La crise alimentaire persiste en 2023

communiqué de presse

Le Niger continue de faire face à une crise humanitaire aiguë et complexe marquée par la continuation du conflit armé, l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, des phénomènes climatiques extrêmes.

En 2023, l'insécurité alimentaire et nutritionnelle persiste au Niger malgré une campagne agropastorale satisfaisante dans son ensemble. Beaucoup de disparités entre les régions et à l'intérieur de ces mêmes régions subsistent cependant.

Si le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire a quelque peu baissé en 2023, la situation reste critique pour des centaines de milliers de familles ployant sous les effets combinés de l'insécurité, du changement climatique, des prix élevés des aliments et des conséquences des récentes inondations.

Abdallah Togola, en charge des programmes de sécurité économique du CICR au Niger, confirme : « Nous avons observé dernièrement une augmentation significative des coûts des biens de première nécessité, atteignant parfois 60 pour cent sur certains produits, comme l'huile. »

Rejoindre les plus vulnérables

Le Comité international de la Croix-Rouge et la Croix-Rouge nigérienne ont poursuivi leur réponse à la crise alimentaire et pastorale engagée en 2022 en assistant, depuis janvier 2023, plus de 122 000 ménages, soit près de 855 000 personnes. Les analyses et projections du Cadre harmonisé* ont servi à déterminer les zones prioritaires d'intervention. Depuis juillet, nos équipes concentrent leur action dans les régions où la violence armée est particulièrement présente, notamment autour de Diffa, Tillabéri et dans le Nord Tahoua.

%

Selon le Plan national de réponse à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle de mars 2023, environ 4,3 millions de personnes, soit 17 pour cent de la population nigérienne, auront besoin d'une assistance humanitaire en 2023.

Et d'après les résultats du Cadre harmonisé, près de deux millions d'entre elles nécessitent une assistance alimentaire d'urgence. Ce dernier chiffre pourrait dépasser les trois millions de personnes pendant la période de soudure (juin-août).

De nombreux facteurs aggravants

Comme le Niger faisait face en 2022 à sa pire crise alimentaire et pastorale depuis dix ans, il faudra du temps et la mobilisation de tous pour que la situation s'améliore de manière significative.

Christoph Vogt, chef de délégation du CICR au Niger, lance un appel aux donateurs : « Nous pouvons travailler dans l'urgence pour que la situation nutritionnelle de nombreuses communautés ne se dégrade pas dramatiquement. Mais au-delà de cette réponse immédiate, il importe également de donner aux gens les moyens de surmonter les conséquences des déplacements forcés et des aléas climatiques. À cet égard, le soutien sur le temps long des donateurs qui financent notre réponse opérationnelle est essentiel. »

Cette crise alimentaire et pastorale est le résultat de multiples facteurs.

D'une part, les années de conflits prolongés ont provoqué le déplacement de plus de 565 000 personnes et ont bouleversé la vie de milliers d'éleveurs et d'agriculteurs qui n'ont plus accès à leurs terres ou aux services de base. L'insécurité coupe les routes traditionnelles de transhumance.

D'autre part, les chocs climatiques, des invasions localisées de criquets, des feux de brousse ainsi que l'insuffisance des pluies ont sévèrement affecté la production locale. Certaines régions ont connu une réduction de 75 pour cent de la production alimentaire, provoquant une augmentation drastique des prix sur les marchés locaux.

Les pâturages disparaissent, la production fourragère chute, les conséquences pour le bétail et les éleveurs peuvent être catastrophiques.

En 2022, près de 15 millions d'hectares avaient perdu leur couvert végétal en raison de tous ces facteurs.

On estime que plus de 4,4 millions de personnes étaient confrontées à une insécurité alimentaire sévère pendant la période de soudure allant de juin à août 2022.

Alors que près d'une personne sur cinq a déjà besoin d'aide humanitaire au #Niger, les conséquences des conflits armés et autres situations de violences impactent toujours la vie de millions de personnes à travers le pays.

Une réponse coordonnée de la Croix-Rouge

En 2022, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lançait un plan d'urgence qui avait rejoint plus de 86 500 familles, soit près de 607 000 personnes réparties dans les huit régions du Niger.

Les populations vulnérables avaient ainsi pu bénéficier, selon les régions, de denrées alimentaires, d'aliments pour le bétail, de médicaments vétérinaires ou d'un appui en espèces pour subvenir à leurs besoins essentiels.

Zaliya Ousmane, bénéficiaire du plan d'urgence dans le département Kiéché / Dosso, résume sa situation : « J'ai pu acheter des chèvres avec l'argent reçu. Ce troupeau m'aide aujourd'hui à générer des revenus, ce qui me permet d'être financièrement indépendante. »

Christoph Vogt souligne la volonté du Mouvement de la Croix-Rouge de poursuivre l'action en 2023 et en 2024 : « Tant que les conditions de sécurité le permettront, nous aiderons en toute neutralité les personnes les plus vulnérables, notamment dans les zones où se produisent des affrontements armés. » Avant de conclure : « Les volontaires de la Croix-Rouge nigérienne forment un formidable réseau partout dans le pays. Avec eux, nous pouvons rejoindre des endroits difficiles d'accès. Mais pour ce faire, ils doivent être respectés de tous. »

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.