Afrique de l'Est: La France suspend les adoptions d'enfants à Madagascar

Vue sur le Lac Anosy en juillet 2009, au centre de la ville d'Antananarivo, capitale de Madagascar.

Selon une décision du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères rendue publique dimanche, le gouvernement français a confirmé une première suspension provisoire prise il y a un an. À l'époque, Paris s'était référé à des manquements des autorités malgaches liées à l'adoption internationale. Elles avaient été révélées dans un rapport du Comité des droits de l'enfant de l'ONU.

Dans son rapport daté du 9 mars 2022, l'organe de l'ONU chargé des droits de l'enfant avait exigé des autorités malgaches des garanties : sensibiliser et « s'attaquer aux causes profondes » de l'adoption illégale, en apportant, détaille le texte, de l'aide aux familles vulnérables.

Le rapport des Nations unies pointe également un retard législatif. En 2017, Madagascar s'est dotée d'une nouvelle loi en matière d'adoption. Six ans plus tard, son décret d'application n'est toujours pas mis en oeuvre.

Face à ce statu quo des autorités d'Antananarivo, la France s'aligne donc sur ces dernières recommandations onusiennes et entérine sa position : il n'y aura plus d'adoption d'enfants malgaches.

L'année dernière, l'État français avait déjà fait un premier pas en actant l'interdiction des démarches individuelles : le fait pour les parents français de s'adresser directement à un orphelinat malgache, sans passer par un organisme public.

Selon la plateforme de la société civile pour l'enfance basée à Antananarivo, les pratiques illicites qui touchent la Grande Île ne sont pas nouvelles : « rapt d'enfants », « fabrication de faux orphelins » ou encore « abandon forcé de nouveau-nés » détaille l'association. Ces pratiques sont organisées par des réseaux de malfaiteurs pour répondre à la demande de parents adoptifs.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.