Centrafrique: Le rapprochement entre les États-Unis et la RCA est-il contrarié?

Ces dernières semaines, au moins huit ressortissants américains ont subi des tracasseries administratives à Bangui. Derniers en date, un journaliste et une autre personne ont été expulsés ce jeudi, mis dans un vol pour Douala, au Cameroun, après huit jours de difficultés ponctués par une après-midi d'interrogatoire au commissariat de Port-Amont.

Leurs passeports, téléphones et matériels leur avaient été confisqués. Ces incidents surviennent alors que Washington tente depuis plusieurs mois d'obtenir que Bangui se sépare du groupe Wagner. Jusque-là sans résultat.

Selon plusieurs observateurs, ces tracasseries sont à lire dans le contexte diplomatique entre les deux pays : en décembre 2022, lors du sommet États-Unis-Afrique, le secrétaire d'État américain Antony Blinken aurait, selon plusieurs sources, demander au président Touadéra de se dissocier du groupe Wagner, et proposer des alternatives dans le domaine de la sécurité.

Toutefois, et malgré la mort d'Evgueni Prigojine fin août, les mercenaires russes poursuivent leurs opérations en Centrafrique, dans le champ sécuritaire, mais aussi dans le champ économique, via l'exploitation minière et forestière principalement.

Les États-Unis ont depuis envoyé des signaux contradictoires : très discrète au moment du référendum constitutionnel du 30 juillet, la diplomatie américaine a fini par partager fin août ses « réserves » sur la consultation. Et le 31 octobre, Bangui a été exclue du programme commercial Agoa, en raison de « violations flagrantes des droits humains » dans le pays, une sanction essentiellement symbolique.

%

Dans le même temps, fin septembre, une délégation de la compagnie américaine de sécurité privée Bancroft a été reçue à la présidence, ce qui a conduit par la suite les canaux de communication du groupe Wagner à évoquer la venue « en novembre » à Bangui « d'agents de la CIA », des affirmations partagées via les réseaux sociaux par des cadres du pouvoir centrafricain.

L'ambassadrice américaine à Bangui a régulièrement rencontré Faustin-Archange Touadéra. La dernière fois le 6 novembre pour un « échange sur le renforcement de la coopération bilatérale et l'importance du système démocratique », selon le communiqué officiel.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 90 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.