Afrique de l'Ouest: Nouakchott et Ndjamena évoquent une dissolution du G5 Sahel après le retrait du Burkina Faso et du Niger

Dakar — La Mauritanie et le Tchad ont déclaré avoir pris acte du retrait du Burkina Faso et du Niger du G5 Sahel et évoqué l'idée d'une dissolution de ce cadre de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de développement et de sécurité, a-t-on appris de source officielle.

"La République islamique de Mauritanie et la République du Tchad prennent acte et respectent la décision souveraine des républiques sœurs du Burkina Faso et du Niger (...) mettront en oeuvre toutes les mesures nécessaires conformément aux dispositions de la Convention portant création du G5 Sahel notamment en son article 20", rapporte le site de l'Agence mauritanienne d'information (AMI)

Relayant un communiqué signé des deux chefs d'Etat, le Mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et le Tchadien, Mahamat Idriss Déby Itno, l'agence officielle mauritanienne rappelle que le G5 Sahel peut être dissout à la demande d'au moins trois membres.

Dans ce cas la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement prononce la dissolution à la majorité des Etats membres et arrête les modalités de dévolution des biens de l'organisation.

Le Mali s'était retiré du G5 Sahel en mai.

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger, dirigés par des juntes militaires ont mis sur pied, le 16 septembre 2023, l'Alliance des États du Sahel (AES), un pacte de défense mutuelle.

Le G5 Sahel a été créé le 15 janvier 2014, à Nouakchott, en Mauritanie et comprenait à ses débuts le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

L'un de ses objectifs était de mettre en place une force conjointe capable de lutter contre la menace terroriste, mais aussi "relever, solidairement, le double défi de la sécurité et du développement qui menaçait gravement la stabilité de la sous-région", rappelle le communiqué.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 90 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.