Afrique Australe: Des ouvriers agricoles du Malawi et du Kenya arrivent dans les fermes israéliennes après le départ des travailleurs asiatiques

Nairobi — Des agriculteurs africains pour les champs israéliens afin de remplacer les travailleurs palestiniens et thaïlandais. Après les quelque 220 ouvriers recrutés au Malawi ces dernières semaines, c'est au tour de 1.500 agriculteurs kenyans d'être embauchés

Selon l'annonce du ministère kenyan du travail, les travailleurs occasionnels auront des contrats de trois ans renouvelables.

Israël est confronté à une importante pénurie de main-d'oeuvre dans ses exploitations agricoles en raison du départ de plus de 10 000 travailleurs agricoles migrants, principalement des ressortissants thaïlandais, depuis le début du conflit avec le Hamas, le 7 octobre.

Les travailleurs palestiniens, qui représentaient auparavant près de 20 % de la main-d'oeuvre agricole en Israël, ont été interdits de travail en raison du conflit.

L'annonce de l'envoi de travailleurs kenyans en Israël a suscité des réactions mitigées au Kenya, entre inquiétude pour la sécurité des travailleurs et soutien à l'accord avec Israël, compte tenu du besoin urgent d'emplois dans le contexte de la crise de l'emploi au Kenya et de l'augmentation du coût de la vie.

Selon les chiffres de la Banque mondiale, le taux de chômage au Kenya est de 5,5 %.

AllAfrica publie environ 400 articles par jour provenant de plus de 90 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.