Sénégal: Gestion des ressources naturelles et foncières - La région de Louga dotée d'une plateforme de dialogue multi-acteurs

Louga — Une plateforme régionale de dialogue multi-acteurs sur la gouvernance des ressources naturelles et foncières a été mise sur pied à Louga (nord) en vue d'harmoniser les discussions des différents acteurs autour de la gestion des ressources naturelles, a appris l'APS de ses initiateurs.

L'objectif de cette nouvelle plateforme, précisent-ils, est la recherche de consensus à travers un dialogue constructif et participatif, afin d'éviter les risques de conflits.

"La nouvelle structure, gérée techniquement par l'Institut sénégalais de recherches agricoles (IPAR), va servir d'un cadre de dialogue et de concertation où tous les acteurs concernés peuvent contribuer à la gouvernance des ressources naturelles et financières", a indiqué Nicole Chaby Hary Monteil, chargée de l'animation et du suivi des plateformes de dialogue sur la gouvernance foncière à l'IPAR- Initiative Prospective agricole et rurale.

Elle s'entretenait, jeudi, avec des journalistes à l'issue de l'assemblée générale constitutive de la plateforme régionale de dialogue multi-acteurs sur la gouvernance des ressources naturelles et foncières de la région de Louga.

"La particularité de cette plateforme réside dans son caractère inclusif, regroupant l'ensemble des acteurs locaux, conscients que la gestion foncière et des ressources naturelles concerne l'ensemble de la société", a souligné Mme Monteil.

%

Elle a notamment préconisé la "concertation" face aux "nombreux défis et conflits territoriaux causés par la gestion foncière et des ressources naturelles" au Sénégal.

"Sous l'autorité du gouvernement et avec la participation active du ministère de l'Agriculture, de la Sécurité alimentaire et de l'Élevage, et du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux, la plateforme, gérée techniquement par IPAR, vise à harmoniser les discussions autour de la gestion des ressources naturelles", a précisé la spécialiste de la gouvernance foncière.

Le coordonnateur du projet Riposte de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), colonel Ibra Sankoura Ndiaye, précise que la plateforme multi-acteurs réunit diverses parties prenantes, dont les collectivités territoriales, les autorités administratives, les services techniques, les opérateurs privés et les organisations de producteurs, les ONG et le secteur privé.

"Cette diversité témoigne de la nécessité d'une approche inclusive pour relever les défis environnementaux et territoriaux", a-t-il indiqué, soulignant "l'importance de capitaliser sur les leçons du passé pour garantir la durabilité des nouvelles actions à entreprendre".

"Les mécanismes de concertation et d'engagement, soutenus par des dispositions contractuelles solides et un financement adéquat, visent à assurer une gestion proactive des conflits qui pourraient survenir de la gestion des ressources naturelles et à anticiper les défis émergents tels que l'intercommunalité", a fait valoir le colonel Ndiaye.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.