Burkina Faso: Le missionnaire Père Gonsum - 'Promouvoir, encourager et avancer vers des communautés exemptes de traite, sûres et saines pour tous'

Ouagadougou — Le père Augustine Rotshak Gonsum est originaire du nord du Nigeria, plus précisément de Pankshin, dans l'État du Plateau. Il est prêtre des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) en mission au Burkina Faso, actuellement dans la Province francophone d'Afrique de l'Ouest (P.A.O.). Il fait partie de la communauté de la Maison d'accueil de la capitale et travaille au centre d'études pélican de Paspanga, à Ouagadougou.

Fides l'a rencontré à la fin de l'assemblée générale de Talitha Kum, le réseau international de lutte contre la traite et l'exploitation des êtres humains, dont il est le coordinateur adjoint au Burkina. L'assemblée a réuni des représentants de 90 pays du monde entier qui s'étaient également réunis pour le 15ème anniversaire de l'organisation créée en 2009 au sein de l'Union Internationale des Supérieurs Généraux (Uisg).

"L'organisation est présente dans plusieurs localités du pays africain : Bobo Dioulasso, Ouagadougou, Banfora, Diébougou, Koudougou, Nouna, Tenkodogo, Dédougou, Gaoua et Ouahigouya", précise le missionnaire. "Par notre engagement, nous voulons promouvoir, encourager et faire évoluer les communautés vers des communautés sans traite, sûres et saines pour tous. Nous promouvons le respect des droits fondamentaux et de la dignité de toutes les personnes, indépendamment de leur race, de leur religion et de leur origine ; l'amour inconditionnel du Christ pour l'humanité et un environnement inclusif."

%

"La mission de Talitha Kum est de mettre fin à la traite, aux abus et à l'exploitation des personnes vulnérables par des activités de prévention, de sensibilisation, de plaidoyer et d'assistance aux victimes. Nous cherchons à établir un dialogue constructif avec les personnes qui souhaitent quitter leur pays pour une vie meilleure, nous menons des programmes éducatifs pour sensibiliser les individus et les communautés à la traite, et nous participons à des études et à des recherches pour mieux comprendre les causes et les facteurs de risque de vulnérabilité dans les nouveaux scénarios de traite des êtres humains".

Parmi les activités promues par le Réseau au Burkina, le père Augustin cite la sensibilisation des agents pastoraux, les rencontres dans les lycées, collèges, universités, paroisses, et les émissions dans les radios et télévisions sur la réalité de la traite. "Nous accueillons de nombreuses victimes et survivants", ajoute le missionnaire. Nous essayons de leur offrir un climat de sécurité et de les préparer à retourner dans leur lieu d'origine. Il y a des victimes du Cameroun, du Nigeria, de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso...

La réinsertion sociale consiste à leur offrir une éducation ou une formation pratique comme source de revenus afin qu'elles puissent se réinsérer facilement dans la société. Tout cela, conclut le père Bianco, implique de trouver des ressources ou de les transférer vers d'autres ressources pour assurer leur soutien. C'est pourquoi nous sommes en contact étroit avec les ambassades, les aumôneries de jeunesse, les hôpitaux, les commissariats de police, les centres pour femmes, le ministère de la jeunesse et de la justice".

"Talitha Kum est devenu un réseau étendu et mondial et, en même temps, bien enraciné dans les Églises locales", a déclaré le Pape François aux participants de l'assemblée générale le 23 mai. Il est devenu un point de référence pour les victimes, pour leurs familles, pour les personnes à risque et pour les communautés les plus vulnérables".

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.