Gabon: Un Baccalauréat en Mutation - Analyse des Sessions 2023 et 2024

Les résultats des sessions du baccalauréat 2023 et 2024 offrent un regard critique sur l'évolution de notre système éducatif. Une comparaison attentive révèle des tendances inquiétantes, mais aussi des pistes de progrès, notamment dans les filières techniques et professionnelles.

Des Inscriptions en Baisse

La diminution du nombre total de candidats inscrits et présents en 2024 est frappante. Les inscrits sont passés de 30 123 en 2023 à 28 228 en 2024, tandis que le nombre de présents a chuté de 29 585 à 27 801. Cette baisse pourrait s'expliquer par des facteurs variés tels que des changements dans la politique d'inscription, des conditions économiques difficiles, ou encore des fluctuations démographiques.

Taux de Réussite : Une Stabilité apparente

Le taux de réussite global au premier tour a montré une relative stabilité, passant de 36,91 % en 2023 à 36,07 % en 2024. Cependant, une analyse plus fine révèle des disparités importantes. Le taux de réussite des filières générales en 2024 est tombé à 34,86 %, en dessous du niveau de 2023. En revanche, les filières techniques et professionnelles ont enregistré un taux de réussite de 44,87 %, supérieur à celui des filières générales.

Un Taux d'Admissibilité en Chute Libre

%

L'indicateur le plus alarmant est sans doute la chute drastique du taux d'admissibilité, qui est passé de 45,52 % en 2023 à seulement 8,79 % en 2024. Les filières générales ont particulièrement souffert, avec un taux d'admissibilité de 4,74 %, contre 38,26 % pour les filières techniques et professionnelles. Cette diminution pourrait suggérer des critères de sélection plus stricts ou des modifications dans le processus de sélection lui-même, ce qui pourrait démoraliser les étudiants et affecter leur perception du système éducatif.

Un Taux d'Échec en Hausse Alarmante

Le taux d'échec global a grimpé de manière spectaculaire, atteignant 55,14 % en 2024 contre 17,55 % en 2023. Le taux d'échec dans les filières générales est particulièrement élevé à 60,40 %, tandis que les filières techniques et professionnelles affichent un taux plus modéré de 16,87 %. Cette hausse soudaine du taux d'échec suggère des problèmes systémiques graves qui nécessitent une investigation approfondie.

Projections : Tous les Admissibles Admis

Si nous projetons que tous les admissibles sont admis au 2e tour, les résultats s'améliorent mais restent préoccupants. Le taux de réussite total en 2024 pour les filières générales atteindrait 39,61 %, et pour les filières techniques et professionnelles, il grimperait à 83,15 %. Toutefois, même avec cette hypothèse, le taux d'échec des filières générales resterait élevé à 60,39 %.

Enseignements et Recommandations

1. *Investigation et Réformes Urgentes* : L'augmentation du taux d'échec et la baisse du taux d'admissibilité signalent des dysfonctionnements qui doivent être rapidement adressés. Des réformes ciblées, en particulier dans les filières générales, sont nécessaires pour améliorer la préparation des étudiants et adapter les critères d'évaluation.

2. *Valorisation de l'Enseignement Technique et Professionnel* : Les meilleurs résultats des filières techniques et professionnelles montrent leur potentiel. Une meilleure valorisation et une expansion de ces programmes pourraient offrir des alternatives viables et attractives pour les étudiants.

3. *Adaptation aux Réalités Économiques et Démographiques* : La diminution des inscrits et des présents nécessite une réponse stratégique, incluant une sensibilisation accrue sur l'importance de l'éducation et des mesures de soutien économique pour les familles en difficulté.

4. *Suivi et Évaluation Continus* : Il est essentiel de mettre en place des mécanismes de suivi et d'évaluation continus pour identifier les problèmes émergents et ajuster les politiques éducatives en conséquence. Des rapports réguliers sur la performance des différentes filières et des enquêtes auprès des étudiants peuvent fournir des données précieuses pour une prise de décision éclairée.

5. *Renforcement de la Formation des Enseignants* : La qualité de l'enseignement joue un rôle crucial dans la réussite des étudiants. Investir dans la formation continue des enseignants, en particulier dans les filières générales, peut améliorer les résultats académiques en dotant les éducateurs des outils et des méthodes pédagogiques les plus efficaces.

6. *Collaboration avec les Parties Prenantes* : Engager toutes les parties prenantes, y compris les parents, les enseignants, les étudiants et les employeurs, dans un dialogue constructif sur les réformes nécessaires peut garantir une approche plus holistique et inclusive de l'amélioration du système éducatif.

*Conclusion*

L'analyse des résultats des sessions du baccalauréat 2023 et 2024, avec les projections d'admission au 2e tour, montre des tendances préoccupantes mais aussi des opportunités de réforme et d'amélioration.

Il est impératif de prendre des mesures correctives pour assurer que notre système éducatif continue à offrir des opportunités équitables et de qualité pour tous les étudiants. Une approche proactive, basée sur une analyse rigoureuse et des réformes ciblées, est essentielle pour surmonter les défis actuels et bâtir un avenir éducatif plus prometteur.

Eugène-Boris ELIBIYO,

Planificateur des systèmes éducatifs.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.