Ouganda: Protéger la dignité et le caractère sacré de toute vie humaine - Le diocèse de Kasese lutte contre la traite des êtres humains

Kasese — Chaque être humain est précieux et vaut bien plus que n'importe quel bien matériel, et puisque chaque vie est un don de Dieu et est sacrée, elle mérite d'être protégée et nourrie ; chacun d'entre nous a la responsabilité de lutter contre la violation et la dégradation de nos frères et soeurs. En vertu de ces enseignements de la doctrine sociale catholique, les soeurs regroupées au sein de l'Association des religieux en Ouganda (ARU) animent plusieurs réseaux, dont celui contre la traite des êtres humains, dirigé par les soeurs de la Sainte-Croix qui, à leur tour, ont formé plusieurs comités dans l'ensemble des dix-neuf diocèses du pays africain.

En particulier, une campagne a été lancée dans le diocèse de Kasese le 23 juin, attirant un large public encouragé par 'Omukekera', un spectacle en direct contre la traite des êtres humains, organisé par le personnel de la station locale Kasese Guide Radio en partenariat avec le comité de lutte contre la traite des êtres humains.

Lors du lancement de la campagne, Soeur Semerita Mbambu a exhorté les jeunes victimes à suivre des cours qualifiés dans leur pays d'origine afin de pouvoir subvenir à leurs besoins, plutôt que d'aller à l'étranger et d'être abusées jusqu'à la mort.

Comme le montre la recherche sur ce phénomène, des hommes et des femmes originaires d'Ouganda, du Sri Lanka, du Bangladesh, d'Indonésie, d'Éthiopie, d'Érythrée, du Soudan, du Pakistan et des Philippines se rendent principalement aux Émirats arabes unis et dans les États arabes du golfe Persique pour y travailler comme domestiques.

%

Malheureusement, ils sont souvent confrontés à des conditions de servitude inhumaines, avec des horaires de travail excessifs non rémunérés, la rétention illégale de passeports, des restrictions de mouvement, le non-paiement des salaires et des abus physiques ou sexuels de la part de leurs propres employeurs.

En mars 2014, le Pape François et l'archevêque anglican Justin Welby ont lancé le Interfaith Global Freedom Network pour lutter contre la traite des êtres humains, ainsi que le Santa Marta Group, une coalition internationale de hauts responsables des forces de l'ordre et de l'Église catholique qui travaillent avec la société civile pour mettre fin à ce crime. Le Souverain Pontife a également lancé le mouvement #End Slavery pour étudier les moyens d'éliminer la traite des êtres humains.

Sur le continent africain, la traite des êtres humains est très répandue et se déroule à l'échelle internationale, régionale et très souvent nationale. Selon les données recueillies par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, des victimes de la traite d'origine subsaharienne ont été enregistrées dans 69 pays, principalement dans les pays de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) et en Europe du Sud et de l'Ouest. Chez les adultes, la traite concerne presque exclusivement des femmes, principalement originaires du Nigeria et de l'Ouganda.

Érigé en 1989 par le pape Jean-Paul II, le diocèse de Kasese est situé dans la région occidentale de l'Ouganda.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.