La présidentielle en Egypte prévue dans un contexte jugé complexe

Le gouvernement égyptien a piétiné les conditions minimales qui auraient été requises pour la tenue d'une élection présidentielle libre et équitable les 26-28 mars 2018, ont déclaré quatorze organisations internationales et régionales de défense des droits humains. Le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi ne cesse d'étouffer les libertés fondamentales. Il a également arrêté des candidats potentiels et effectué des rafles parmi leurs partisans.

Photo: Wikipedia

Une Urne

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.