La classe politique scindée après la dissolution de l'Assemblée au Gabon

La sphère politique gabonaise est divisée après la décision inattendue de la Cour constitutionnelle, réputée pour être acquise à la majorité présidentielle, mais qui a exigé lundi 30 avril la démission du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et de son gouvernement, ainsi que la fin des pouvoirs de l'Assemblée nationale. Un choix justifié par le fait que les élections législatives auraient dû se tenir, au plus tard, le 30 avril 2018. Ce qui n'a pas été le cas.

Photo: wikimedia

Parlement gabonais à Libreville.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.