Les élus de Mohéli dénoncent le référendum constitutionnel aux Comores

Aux Comores, le référendum constitutionnel prévu le 30 juillet prochain n'en finit plus d'engendrer des crispations. Jeudi 21 juin, un rassemblement d'élus et anciens élus de différents partis d'opposition a été empêché par des arrestations de la gendarmerie. Après le gouverneur de l'île d'Anjouan, le gouverneur de Grande Comore puis le vice-président représentant cette même île, c'est au tour de l'île de Mohéli de faire entendre ses voix discordantes à propos du référendum.

L'archipel des Comores.

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.