Arrestation et torture de journalistes et d'activistes au Nigeria

Plusieurs cas récents d'arrestation ou de placement en détention de journalistes et d'activistes au Nigeria reflètent de manière préoccupante une répression accrue de la liberté d'expression dans ce pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Dans l'un de ces cas, il s'avère qu'un journaliste a été détenu au secret pendant près de deux ans, et dans un autre cas, un activiste affirme avoir été torturé lors de sa détention.

Photo: @hrw_fr

Rassemblement pour la libération de prisonniers y compris Ibrahim Zakzaky, dirigeant du Mouvement islamique du Nigeria et de son épouse, tenu à Kano, dans le nord du Nigéria, le 11 août 2016.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Suivez AllAfrica

  • Devenez un fan sur Facebook
  • Suivez AllAfrica sur Twitter
  • Suivez AllAfrica sur Newsstand
  • Suivez AllAfrica sur Linkedin
  • Inscrivez-vous gratuitement à notre bulletin d'information
  • Fils RSS d'AllAfrica

A La Une: Droits de l'Homme

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.