Onze candidats d'opposition se constituent en collectif aux Comores

Ils demandent la transparence et la sécurisation des élections présidentielles du 24 mars prochain. Ils ont à cet effet organisé une conférence de presse hier pour évoquer le climat répressif mis en place par le régime : arrestations arbitraires et candidatures invalidées injustement et leur crainte de partialité des institutions en charge des élections. Le président Azali Assoumani est candidat à sa propre succession.

Anjouan, Comores

Focus Sur