Des zones d'ombres après la mutinerie de Kondengui au Cameroun

Plus d'une centaine de détenus manquent toujours à l'appel. Cette situation suscite des réactions du côté des sécessionnistes ambazoniens ainsi que des défenseurs des droits de l'homme. Selon plusieurs informations concordantes, parmi les prisonniers manquant à l'appel sont cités des leaders sécessionnistes liés d'une manière ou d'une autre à la crise anglophone ainsi que des membres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, le MRC de Maurice Kamto. Le leader du mouvement est lui aussi détenu à la prison centrale de Yaoundé.

Photo: camer.be

Prison centrale de Yaoundé (Kondengui)

Focus Sur

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.