Le grand dialogue national tourne court au Cameroun

Une série de leaders politiques ont claqué la porte en dénonçant l'absence de débat sur les vraies raisons de la crise. Pour ceux qui ont décidé de quitter le dialogue national lancé ce lundi 30 septembre à Yaoundé, seul l'agenda du régime serait pris en compte. La question sur la forme de l'État - et donc celle du fédéralisme - ainsi que le sort des prisonniers politiques ont été écartés des discussions.

Photo: VOA

Les gens se rassemblent au Palais des Congrès lors de la séance d'ouverture du Dialogue national convoqué par le Président Paul Biya, à Yaoundé, au Cameroun, le 30 septembre 2019.

Focus Sur

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.