Arrestation de militaires suspectés d'un massacre de civils au Cameroun

La présidence camerounaise a reconnu mardi 21 avril que l'armée et un groupe d'autodéfense étaient impliqués dans le massacre civils mi-février dernier dans le nord-ouest anglophone séparatiste. La tuerie avait provoqué un tollé international et Yaoundé niait jusqu'alors toute responsabilité des militaires.

Prison centrale de Yaoundé (Kondengui)

Focus Sur

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.