Le président tunisien relance le débat sur la peine de mort

Alors que le pays observe un moratoire depuis 1991, Kaïs Saïed s'est prononcé pour la peine capitale après le meurtre d'une jeune femme la semaine dernière près de Tunis. « Quiconque tue une personne sans aucune raison mérite la peine de mort », a déclaré le chef de l'État lundi soir. Plusieurs ONG rappellent que la peine de mort n'a pas de vertu préventive.

Kaies Saied, président de la Tunisie

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.