Violences policières au Nigeria - La démission du président Buhari réclamée

La colère contre les violences policières est toujours vive au Nigeria et malgré la suppression de la brigade anti-criminalité, la jeunesse des classes moyennes et classes supérieures des principales villes du Sud du pays refuse de rentrer dans le rang. Les manifestations se poursuivent et les slogans des marcheurs visent désormais ouvertement les élites politiques nigérianes.

 

Un manifestant se dresse au sommet d'une structure policière à Ikeja, capitale de l'État de Lagos, lors des manifestations #EndSARS le 11 octobre 2020. Ayodeji Adegoroye (@ayodeji_dodo) / Twitter

Focus Sur

Suivez AllAfrica

A La Une: Nigeria

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.