Le pic de la première vague de COVID-19 est franchi en Afrique, selon l'OMS

Alors que les cas cumulés de COVID-19 en Afrique dépassent les 3 millions et que le nombre de cas quotidiens surpasse le pic de la première vague, le continent est maintenant confronté à de nouveaux variants du virus. Des mesures de santé publique renforcées sont plus que jamais nécessaires pour éviter une flambée d'infections qui pourrait conduire les structures de santé jusqu'au point de rupture.

Double oxygène. Les niveaux normaux de saturation en oxygène du sang artériel chez l'homme sont de 95 à 100%. Pour atteindre un niveau de saturation d'au moins 92%, le personnel médical de MSF de l'hôpital de campagne de Khayelitsha initie les patients avec des broches nasales ou un masque facial à 40% connecté à un seul concentrateur d'oxygène de 10 litres. Si cette approche ne fonctionne pas, le masque de 40% est remplacé par un masque de reniflard. Cependant, 15 litres de débit d'oxygène sont nécessaires pour remplir le sac d'un masque de reniflard, dépassant la capacité d'un seul concentrateur. Le débit requis peut être obtenu en connectant une seconde source d'oxygène via un connecteur en Y. Ici, tout concentrateur d'oxygène est utilisé avec une bouteille comprimée pour fournir ce que l'on appelle le «double oxygène».

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.