Plus de la moitié des habitants de la province du lac Tchad déplacés

Pour justifier sa décision d'accompagner le CMT qui a pris le pouvoir à Ndjamena après le décès d'Idriss Deby Itno, le Conseil paix et sécurité de l'Union africaine a notamment mis en avant une situation humanitaire qualifiée de « désastreuse » dans le pays, en particulier dans la province du lac Tchad, frontalière du Niger, du Nigeria et du Cameroun. C'est la région dans laquelle sévit Boko Haram.

 

Des femmes dans un camp abritant des personnes déplacées à Mellia, région du Lac, dans l'ouest du Tchad (photo d'archive).

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X