Allégations de meurtres, de disparitions et de torture au Burundi

Les violations graves des droits humains se poursuivent dans un contexte d'insécurité depuis qu'Évariste Ndayishimiye est devenu président du Burundi il y a 15 mois, a déclaré Human Rights Watch. Tant que les autorités burundaises ne s'attaqueront pas aux racines profondes de la crise de 2015 et à l'impunité qui perdure, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, réuni à Genève, devrait s'assurer que les enquêtes sur la situation des droits humains au Burundi se poursuivent.

Burundi president-elect Evariste Ndayishimiye

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X