L'intransigeance continue un an après la repression menée au Cameroun

Les autorités du Cameroun devraient s'assurer que les responsabilités soient établies à l'égard de la répression menée en septembre 2020 par leurs forces de sécurité contre des dirigeants et partisans de l'opposition et des manifestants pacifiques, ont déclaré aujourd'hui Amnesty International et Human Rights Watch. Elles devraient remettre en liberté, immédiatement et sans conditions, toutes les personnes arrêtées pour avoir exprimé leur point de vue politique ou pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion pacifique, et mettre fin à la campagne de répression contre les manifestants pacifiques et les détracteurs du gouvernement.

 

Manifestation au Cameroun (archive)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X