La tension reste palpable à Faya-Largeau au Tchad

Vers la fin du bras-de-fer qui oppose population et administration à Faya-Largeau ? Cette ville est en ébullition depuis la décision - il y a un peu plus d'une semaine - du gouverneur de la province de saisir tous les véhicules qui ne sont pas en règle.

Des manifestations ont alors éclaté, mais la tension est montée d'un cran depuis la mort d'un jeune manifestant tué par une balle de la police selon la CNDH. Ce qui a été démenti par les autorités. Lundi, la mobilisation a pris de l'ampleur, lorsque les femmes et les hommes ont rejoint les jeunes dans les manifestations pour réclamer le départ du gouverneur de la province, qui a été évacué de la ville hier, mardi 23 novembre au matin.

(Photo d'illustration) Un soldat de l'armée tchadienne qui est une victime simulée attend une assistance médicale lors d'un assaut simulé à Faya-Largeau, Tchad le 3 mars 2017 dans le cadre de Flintlock 17.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X