Tagged:

Micro, caméra et plume à l'épreuve du pouvoir kaki en Afrique

Comme tous les ans, le monde entier célèbre, le 3 mai, la journée consacrée à la liberté de presse, histoire de rendre hommage une fois de plus aux hommes de médias qui risquent la mort ou la prison dans l'exercice de leur profession. Cette célébration intervient cette année dans un contexte moins reluisant, puisque cette liberté chèrement acquise par les journalistes, est sérieusement malmenée un peu partout dans le monde, notamment en Afrique.

La police arrêtant le journaliste de Radio One Saif-llah Ashraf Kasirye (à gauche) dans le district de Luuka, en Ouganda, le 18 novembre.

Suivez AllAfrica

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X