D'anciennes otages de Boko Haram victimes d'avortements forcés au Nigeria

Une enquête publiée par l'agence de presse Reuters ce mercredi 7 décembre révèle un " programme secret, systématique et illégal " conduit par l'armée nigériane depuis 2013 au moins, pour pratiquer des avortements forcés sur les anciennes captives des jihadistes, dans le nord-est du Nigeria.

Au moins 10 000 femmes et jeunes filles, certaines mineures, auraient subi des avortements à leur insu ou contre leur gré, selon cette longue enquête. C'est une entreprise sordide et " minutieusement conçue " qu'ont décrit les nombreux témoins interrogés par Reuters, qu'il s'agisse de jeunes femmes ayant subi des avortements, de personnels de santé ou encore de militaires postés dans le nord-est du Nigeria.

Après avoir été retenue en otage par Boko Haram, dans le nord-est du Nigéria, une jeune fille de Chibok raconte les conditions horribles qu'elle a connues (archives).

Suivez AllAfrica

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.