24 Juillet 2018

Afrique: Le Ghana, premier pays d'Afrique noire à éliminer le trachome

Photo: Anthony Morland/IRIN
Trachoma (image d'archives)

Le Ghana vient d’éliminer le trachome comme problème de santé publique. C’est le premier pays d’Afrique noire à réaliser un tel exploit. L’annonce a été faite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’est d’ailleurs félicitée de cette prouesse libérant des millions de personnes de la souffrance et de la cécité.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a félicité le Ghana d'avoir éliminé le trachome en tant que problème de santé publique, deux décennies après que l'Assemblée mondiale de la Santé a décidé de s'attaquer à la principale cause de cécité.

Cet état de fait sonne comme un baume au cœur pour les acteurs investis dans la lutte contre les Maladies tropicales négligées (MTN) ainsi que l’ensemble des pays africains affectés par ce fléau.

L'annonce de cette bonne nouvelle intervient le lendemain de l'engagement de Pfizer, le fabricant de Zithromax (azithromycine) d'étendre leur programme de don pour l'antibiotique jusqu'en 2025, si nécessaire, pour terminer la tâche de l'élimination du trachome dans le monde.

A travers un document destiné à la presse, le Directeur général de l'OMS rappelle que « Cela fait 20 ans que la communauté mondiale de la santé s'est engagée à éliminer le trachome dans le monde ».

Le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus de souligner : « bien qu'il y ait plus de travail à faire ailleurs, la validation de l'élimination au Ghana permet à un autre pays auparavant fortement endémique de célébrer un succès significatif. »

Le Ghana devient ainsi le premier pays de la Région africaine de l'OMS à franchir cette étape.

A en croire le ministre ghanéen de la Santé, « ce succès est le fruit du travail acharné de milliers de professionnels de la santé, de l'éducation et du développement pour améliorer la vie des personnes atteintes de trachome et de leurs familles ».

M. Kwaku Agyemang-Manu de déclaré que « le gouvernement du Ghana est extrêmement reconnaissant à son personnel et aux nombreux partenaires qui se sont joints à nous pour éliminer le trachome et le cycle de la pauvreté qu'il déclenche ».

Dans cette dynamique, l’OMS fait savoir que la communauté mondiale du trachome a beaucoup appris de l'expérience du Ghana.

A  cela s’ajoute un conseil intensif aux patients présentant un trichiasis avec une offre de chirurgie immédiate, qui a entraîné une amélioration considérable de l'absorption chirurgicale.

Ce qui fait dire au Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique que «le succès du Ghana est le résultat d'un leadership fort à tous les niveaux, de la mise en œuvre de la stratégie CHANCE dès le départ, d'une collaboration étroite entre le Ghana Health Service et ses nombreux partenaires et de l'intégration aux niveaux inférieurs ».

Le Dr. Matshidiso Moeti estime que « des félicitations chaleureuses sont méritées pour cette réalisation. »

Une démarche qui va dans le même sens que le Projet spécial élargi pour l'élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN).

Cette dernière initiative de l’OMS a pour objectif d’accélérer le contrôle et l'élimination des cinq maladies tropicales négligées pouvant faire l'objet d'une chimiothérapie préventive sur le continent africain (PC-MTN), à savoir l'onchocercose, la filariose lymphatique, la schistosomiase, les vers intestinaux et le trachome.

Parmi les innovations mises au point, l’organisme onusien mentionne l'utilisation d'un dosage en fonction de la taille pour l'azithromycine; recherches systématiques et systématiques de cas de trichiasis impliquant un travail de porte-à-porte, communauté par communauté.

Trachome: l'histoire du Ghana

Pour rappel, le trachome a été identifié dans les années 1950 comme la cause la plus importante de cécité au Ghana.

Dans les années 1990, la maladie persistait comme un problème de santé publique important dans les régions du Nord et du Haut-Ouest.

D’après l’OMS, il y avait environ 2,8 millions de personnes à risque de trachomatose à l'échelle nationale, avec environ 13 mille personnes souffrant de trichiasis.

En 2000, l’organisation onusienne confie que le Ministère de la santé et le Service de santé du Ghana ont mis en place un programme national d'élimination du trachome.

A l’en croire, le programme d'élimination du trachome du Ghana a mis en œuvre la stratégie d'élimination recommandée par l'OMS, SAFE, qui comprend la chirurgie du trichiasis, les antibiotiques pour éliminer l'infection, la propreté du visage et l'amélioration de l'environnement pour réduire la transmission.

L’OMS fait savoir que la chirurgie du trichiasis a été fournie gratuitement. Ce qui, à son avis, est une décision cruciale du Service de santé du Ghana reflétant le désavantage socio-économique des personnes atteintes de trichiasis et l'impact de la maladie sur le potentiel futur de gains.

Pour elle, l'azithromycine, offerte par Pfizer dans le cadre de l'Initiative internationale contre le trachome, a été distribuée avec le soutien de FHI 360 (en utilisant des fonds de l'Agence américaine pour le développement international), du Centre Carter, de Sightsavers et d'autres organisations.

Avant de souligner que la propreté du visage a été favorisée par des événements communautaires, des pièces de théâtre, le programme d'éducation sanitaire à l'école, des messages radiophoniques et des clubs radiophoniques.

L'amélioration de l'environnement a été coordonnée par l'Agence communautaire pour l'eau et l'assainissement au Ghana.

Le trachome ou la maladie des yeux

Le trachome est une maladie oculaire dévastatrice causée par une infection par la bactérie Chlamydia trachomatis.

Selon l’OMS, elle se propage par contact avec des sécrétions oculaires ou nasales infectieuses, soit directement d'une personne à l'autre, soit par l'intermédiaire des mouches.

La même source indique que le trachome évolutif (inflammatoire) résulte de l'infection et est fréquent chez les enfants d'âge préscolaire.

Elle constate que les femmes sont aveuglées jusqu'à quatre fois plus souvent que les hommes, principalement en raison de leur contact étroit avec des enfants infectés.

Avant d’ajouter que la transmission est associée à une mauvaise hygiène et à une mauvaise hygiène, ce qui augmente la disponibilité des décharges oculaires et encourage la reproduction des mouches.

GET2020

En 1996, l'OMS a lancé l'Alliance OMS pour l'élimination mondiale du trachome d'ici à 2020 (GET2020).

Avec d'autres partenaires de l'Alliance, souligne le document, l'OMS soutient la mise en œuvre de la stratégie CHANCE par les pays et le renforcement des capacités nationales par l'évaluation épidémiologique, le suivi, la surveillance, l'évaluation des projets et la mobilisation des ressources.

Selon l’organisation mondiale de la santé, l'élimination du trachome est peu coûteuse, simple et extrêmement rentable, ce qui donne un taux élevé de rentabilité économique nette.

 
 

En savoir plus

Éliminer les maladies tropicales négligées en Afrique

Les Coordonnateurs de programmes nationaux et les partenaires se réunissent pour faire le point sur les… Plus »

Copyright © 2018 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.