Sénégal: Le secteur privé réaffirme ses engagements pour la réalisation du PSE 2

18 Décembre 2018

Le secteur privé national a réaffirmé son engagement à accompagner l'État sénégalais dans la réalisation de la deuxième phase du Plan Sénégal Émergent (PSE) marqué par un Agenda 2019-2023 avec un échéancier bien précis de projets à réaliser.

Son porte-parole, M. Baidy Agne, par ailleurs président du Conseil national du patronat (Cnp), l'a fait savoir ce mardi 18 décembre, au Forum des Investisseurs du Sénégal à Paris.

Au terme de cette matinée avec le privé national et international, le gouvernement sénégalais cherche à couvrir près de 2,8 milliards d'euros de financement en Partenariat Public/Privé.

Une enveloppe qui, selon M. Agne, reflète parfaitement le dynamisme réel de l'économie du pays.

Ainsi, analysant la couverture de ce besoin en financement du PSE 2, le secteur prive sénégalais souhaite « Que le regard de notre « Œil droit » nous invite à mobiliser davantage nos énergies nationales productrices de richesse, et au besoin  à nous regrouper sous forme de conglomérat national ».

Et que, ajoute-t-il, « celui de notre « Œil gauche » justifie pleinement ce déplacement sur Paris, cette ouverture de l'investisseur sénégalais au Monde des affaires ».

Devant cet état de fait, M. Agne pense qu'il revient au secteur privé ainsi dans le cadre de ce Forum de bâtir cette convergence d'intérêts entre investisseurs privés.

Avant de rappeler que tout investisseur privé sait parfaitement que la règle du jeu est celle « des 1ers  Venus » ayant cette forte probabilité d'être « les 1ers Servis » dans le respect, bien entendu, dans les procédures nationales de passation des marchés, notamment d'égalité de traitement et de transparence.

Le patron du CNP fait savoir que la contribution du secteur privé sénégalais se fera à travers les quatre secteurs porteurs de croissance inclusive et de progrès social durables qui constituent le « Sénégal de Demain ».

Il annonce l'entrée des entreprises sénégalaises dansl'A.B.C. du Pétrole et du Gaz.

Pour lui, ce Forum de Paris leur offre l'opportunité d'impulser une dynamique de partenariat d'affaires pour une gestion efficiente du « Local Content Challenges in Oil & Gas Industry » dans les secteurs de l'assurance, du transport-logistique et d'autres activités connexes.

Il confie que des conglomérats de privés sénégalais se sont d'ores et déjà constitués.

Concernant la vision Le Sénégal Numérique 2025 ! qui a pour objectif de créer un écosystème devant permettre au secteur des Technologies de contribuer à 10% du PIB, M. Agne avise que le secteur privé est à Paris pour apporter une réponse à cette nécessité d'accroître l'investissement privé dans ce secteur prioritaire et transversal du PSE 2.

Sur le chapitre de la révolution agro-industrielle, Baidy Agne réaffirme l'engagement du secteur privé aux côtés des autorités pour mettre fin à cette pratique agricole dépendante de pluies aléatoires, génératrice d'emplois précaires et de faible valeur ajoutée.

Quant aux infrastructures, poursuit M. Agne, le privé sénégalais s'est félicité de la profonde modernisation de la gouvernance de ce secteur et son schéma de financement contractuel.

A l'en croire, les fleurons de l'économie sénégalaise ont répondu présent à ce Forum pour partager leurs savoir-faire, haute technicité et professionnalisme dans la réalisation d'ouvrages durables, fiables et résilients.

Et d'ajouter : « ils sont aussi là pour définir les bases de toute alliance mutuellement avantageuse sur les plans techniques et financiers ».

Pour un besoin de financement exprimé de 2850 milliards de francs CFA, le Sénégal, sous la conduite du président Macky Sall, a pu mobiliser au premier jour de ce Groupe consultatif, plus de 7356 milliards de francs CFA d'engagement, dont le 40% seront assurés par la Banque Africaine de Développement (Bad).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.