Sénégal: Déjà 262,6 milliards de FCFA des PTF pour le financement de la phase 2 du PSE

Photo: Aps
Mobilisation de 1, 5 milliard pour le PSE : Paris promet de tenir parole
19 Décembre 2018

Sur les 7 700 milliards de F Cfa d’engagements recueillis des Partenaires techniques et financiers du Sénégal au premier jour du Groupe Consultatif pour le financement du Plan d’Actions Prioritaires (PAP), dans sa phase 2 (2019-2023), le 17 décembre 2018 à Paris, le pays a enregistré la concrétisation le même jour, 263 milliards des engagements financiers.

Les services du Ministère de l’Économie, des Finances et du Plan (Mefp), informe que leur ministre de tutelle a procédé à la signature  de sept (7) conventions de financement avec Cinq (5) Partenaires Techniques et Financiers (Ptf).

Il s’agit de l’Union Européenne (Ue), la Banque Européenne d’Investissement (Bei), la Banque Africaine de Développement (Bad), la Banque Mondiale et le Fonds International de Développement Agricole (Fida).

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de allafrica.com, on apprend que cette manne « empochée » est constituée des 90 milliards de FCFA de l’Union Européenne.

Le MEFP confie que cette enveloppe est destinée aux opérations notamment un appui budgétaire de 77 milliards de FCFA ; un projet de dépollution de la Baie de Hann, pour un montant de 9,7 milliards de FCFA ; et la facilité technique pour accompagner les investissements privés, pour un montant de 3,3 milliards de FCFA.

A cela s’ajoutent les 42,6 milliards de FCFA de la Banque Européenne d’Investissement (Bei), pour le financement des travaux de réhabilitation de la route Sénoba-Ziguinchor-Mpack.

Entre autres engagements concrets obtenus des PTF du Sénégal, M Amadou Ba a procédé à la signature  d’une convention de financement avec la Banque Africaine de Développement (Bad), pour un montant de 33,2 milliards de FCFA.

Selon la même source, cette manne financière est destinée au financement du projet d’amélioration de l’accès à l’électricité dans les zones péri-urbaines et rurales, pour un montant de 28,4 milliards FCFA et du projet de construction du pont de Rosso pour un montant de 4,8 milliards de FCFA.

Dans cette même veine, il est cité la convention signée avec la Banque Mondiale, pour un montant de71,8 milliards de FCFA.

Le MEFPF avise que cette enveloppe est destinée d’une part, au Projet Investir dans les Premières Années pour le Développement Humain au Sénégal (Pipadhs) pour un montant de 41,8 milliards de FCFA et qui vise l’amélioration de la prestation de certains services qui favorisent le développement de la petite enfance dans les zones mal desservies du Sénégal.

Et d’autre part, lit-on dans le communique, au Projet de renforcement de l’employabilité des jeunes à travers l’apprentissage non formel, pour un montant de 30 milliards de FCFA.

Le document renseigne que la boucle est bouclée par la convention signée avec le Fonds International de Développement Agricole (Fida), pour un montant de 25 milliards FCFA au titre à la mise en œuvre du Programme d'appui au développement Agricole et à l'Entreprenariat Rural Phase II.

1200 milliards de francs CFA d'investissements privés nationaux sur 5 ans annoncés

Le deuxième jour du Groupe consultatif qui s’est poursuivi, le mardi 18 décembre à Paris, avec le secteur prive a aussi été riche en collecte d’engagements.

Sur le tempo des Partenaires techniques et financier (Ptf), le secteur privé sénégalais et celui international a montré sa volonté à jouer sa partition dans la mise en œuvre du Plan d’Actions Prioritaires (Pap) dans sa phase 2 (2019-2023).

Lors de ce forum des investisseurs, le Président du Club des Investisseurs Sénégalais (Cis) a  annoncé que le secteur privé national va investir pour au moins 1200 milliards de francs CFA sur une période de 5 ans.

M. Babacar Ngom a fait cette annonce devant le chef de l’Etat du Sénégal, M. Macky Sall qui présidait l’ouverture du forum des investisseurs.

Le communique qui donne l’information rapporte les propos de M. Ngom qui avise que « ce seront des Investissements individuels ou collectifs avec les membres du Club, et en joint-venture avec des privés étrangers ».

Devant les investisseurs internationaux présents à Paris, lit-on dans le document, le Président du Club des Investisseurs Sénégalais qui a conduit à Paris une importante délégation du CIS a fait le plaidoyer du co-investissement et des joint-ventures.

Selon la même source, il a lancé un appel en direction des investisseurs étrangers pour co-investir et  monter des joint-ventures avec des partenaires sénégalais, dans un esprit gagnant-gagnant.

Le président du CIS a, dans la foulée de son argumentaire, poursuit le communiqué, mis en exergue les atouts et attraits de l’économie sénégalaise et a ainsi invité le secteur privé international à s'intéresser aux nombreuses opportunités en matière d’investissements.

 

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.