27 Mai 2019

Afrique: L'Ethiopie prête à doubler ses efforts en matière de population et développement

Photo: UNFPA_WCARO
Mme Sahle-Work Zewde, présidente de la République démocratique d'Ethiopie, le 22 mai 2019 à Addis Abeba

L'Éthiopie est prête à doubler ses efforts pour aller dans le sens du respect des engagements pris, il y a 25 ans au Caire, en matière de population et développement. Sa présidente, Mme Sahle-Work Zewde l'a fait savoir le 22 mai 2019 à Addis Abeba lors du lancement officiel des festivités des 25 ans de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD25), qui a constitué une étape historique et les 50 ans du Fonds des Nations Unies pour la population. Une rencontre rehaussée par la présence du sous-secrétaire général des Nations Unies, Mme Natalia Kanem, par ailleurs, Directeur exécutif de l'UNFPA.

(Envoyé spécial à Addis Abeba) -  La présidente de la République démocratique d'Ethiopie a assuré que son pays est prêt à doubler ses efforts en matière de population et développement.

Avec cet engagement de Mme Sahle-Work Zewde, l'Ethiopie montre la voie à suivre face au bilan peu reluisant de la mise en œuvre des engagements pris il y a 25 ans au Caire (Egypte) du plan d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement, qui a constitué une étape historique (CIPD25).

Un programme d'action de la CIPD et la notion de droits en matière de sexualité et de procréation pour tous qui, à en croire les équipes de l'UNFPA, n'ont jamais été autant remis en cause.

C'est à cet effet qu'elle a attiré l'attention sur l'importance de la prochaine rencontre à Nairobi qui va faire le bilan des 25 ans après et définir les nouvelles orientations.

A son avis, la rencontre du Kenya qui va ouvrir une nouvelle page pour renforcer leur engagement comme l'autonomisation des femmes qui, à son avis, demeure non atteint pour beaucoup de femme et des filles.

« Aujourd'hui, il est temps de protéger les femmes et les filles y compris les personnes handicapées ».

Sur cette lancée, Mme Zewde rappelle les nouveaux défis auxquels fait face l'Éthiopie et qui ont pour nom aux changements climatiques,  immigration… après avoir réalisé les objectifs en termes de l'accès à l'éducation à tous les niveaux surtout les jeunes filles.

A cela, elle y ajoute les progrès significatifs réalisés dans le secteur de la santé ayant permis d'atteindre les Objectifs de développement durable (Odd) dans les domaines de la réduction de la mortalité maternelle et infantile…

Bien installée dans la mouvance de Nairobi, la présidente de l'Éthiopie estime que « le travail vient de démarrer car nous voulons investir davantage dans les femmes et renforcer leur leadership ».

Elle invite ainsi les pays à  s'engager davantage sur les obstacles qui se différencient des objectifs qui ont été retenus dans la capitale égyptienne en forgeant le partenariat pour réaliser les promesses du Caire.

Selon elle, le thème de Nairobi « la CIPD25 : Accélérer la promesse » montre qu'il y des chantiers inachevés. C'est à cet effet qu'elle a salué le leadership joué par l'UNFPA pour l'atteinte des 25 ans de la CIPD.

Dans cette même dynamique, le Directeur exécutif de l'UNFPA s'est réjoui du fait que l'autonomisation des femmes est en train de guider les politiques en Afrique montrant le respect des engagements pris par les chefs d'États dans ce sens.

Dans le tempo de Nairobi, Mme Natalia Kanem qui est, par ailleurs, sous-secrétaire général des Nations Unies, fait savoir qu'accélérer cette tendance sera au cœur de ces assises à venir.

« Nous avons l'engagement des leaders religieux, les parlementaires…qui travaillent à concrétiser l'autonomisation des femmes. Il nous reste beaucoup de chemin à parcourir pour s'assurer du respect du droit de la jeune fille en s'assurant du respect de trois zéro ».

A l'en croire, UNFPA et ses partenaires sont en train de se réengager à respecter la promesse qui a été faite il y a 25 ans pour concrétiser l'engagement à aller vers l'action.

Selon elle, le fait de n'avoir pu concrétisé l'Objectif du millénaire pour développement (Omd) concernant la santé de la reproduction ne doit pas nous décourager de cette dynamique.

« On veut faire usage de la plateforme que constitue la conférence de Nairobi pour collecter le maximum de financement et susciter l'engagement personnel de chaque gouvernement pour s'assurer que les actions seront mises en œuvre. Ensemble, à Nairobi pour avoir une Afrique où tout le monde bénéficie de ses droits et en faire une terre où il fait bon vivre. Continuons à œuvrer pour ne laisse personne pour compte ».

Environ 5000 participants attendus à Nairobi, la presse africaine gonflée à bloque

La Conférence internationale sur la population et le développement, qui a constitué une étape historique (CIPD25) aura lieu entre le 12 et le 14 novembre 2019 à Nairobi avec le thème « accélérer les promesses ».

Selon le Président du comité de communication et relations publiques de ce sommet qu'organisent l'UNFPA, le Gouvernement kényan et le Danemark, plusieurs chefs d'état et de gouvernement sont attendus ainsi qu'environ 5000 participants.

En prélude au lancement des festivités de la célébration des 50 ans d'activités de l'UNFPA, la presse africaine a été mobilisée du 20 au 22 mai à Addis Abeba dans le cadre d'un atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités des médias en Afrique sur « la CIPD25 : Accélérer la promesse ».

Cette rencontre avait pour objectif principal de renforcer les capacités et les compétences des professionnels du secteur des médias afin qu'ils informent efficacement sur les questions cruciales relatives à la population et au développement en 2019.

Une rencontre qui a permis de montrer aux journalistes sur ce qui a changé et ce qui va l'être pour les prochaines 25 années à venir.

Pour M. Adebayo Fayoyin, Conseiller régional en matière d'information pour l'Afrique australe et orientale de UNFPA, il s'agira en partie de redéfinir le rôle des médias dans ce processus face à un nouveau contexte marqué par des transformations géopolitiques et géoéconomiques majeures ; des changements démographiques, dont une croissance continue de la population des jeunes.

A cela s'ajoutent une volonté accrue d'intégration régionale par l'intermédiaire de l'Accord de libre-échange continental africain ; des progrès numériques et technologiques ; une intensification des phénomènes météorologiques/climatiques ; et de très importants mouvements de population, tant internes que par-delà les frontières, les océans et les mers.

En savoir plus

Au moins 20 pays ont lancé leur feuille de route sur le Dividende démographique

La recommandation que l’Union africaine (Ua) avait faite en 2017 invitant les pays à lancer leur feuille de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.