TICAD 7 - L'agriculture numérique, prochaine étape du développement économique de l'Afrique

Photo: AfDB
« Pour les gouvernements, il y a une justification économique à l’investissement dans la matière grise » – Jennifer Blanke
29 Août 2019
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

« Il y a des risques, certes, mais aussi des rendements intéressants ; c'est le moment pour nous tous d'avancer dans cette direction ». - Jennifer Blanke

Yokohama, Japon, le 29 août 2019 - Donner la priorité à l'espace numérique, aidera à se recentrer sur le développement du secteur agro-industriel africain et à surmonter ses nombreux obstacles : tel est l'objectif communiqué aux participants à une rencontre officielle tenue ce mercredi, en marge de la 7e Conférence internationale de Tokyo.

Le séminaire, dont le thème était « L'Afrique numérique 2020 et le Groupe d'investissement japonais : la création de marchés pour la numérisation de l'Afrique », a été organisé conjointement par la Société financière internationale (International Finance Corporation - IFC) et la Banque africaine de développement.

Dans son discours d'ouverture, M. Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, a fait part d'une anecdote sur la façon dont un groupe de femmes l'a accosté à son arrivée dans le nord du Nigéria, alors qu'il était ministre de l'Agriculture du pays.

À sa surprise, elles ont sorti des téléphones mobiles de leurs poches et l'ont remercié vivement pour le « don », qui leur avait permis d'accéder à des données sur leurs téléphones.

Elles faisaient ainsi allusion aux téléphones qui avaient été distribués aux agriculteurs et aux agricultrices et à un système de portefeuille électronique leur permettant de recevoir des intrants subventionnés, qu'il avait institué à leur intention.

« J'aime beaucoup ce que la technologie a apporté à ces femmes », a déclaré Akinwumi Adesina à un auditorium rempli.

La technologie numérique est une condition préalable à la progression de l'agriculture sur le continent, a renchéri M. Michael Hail, directeur du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA)

« Sans transformation de l'agriculture, aucun développement n'est envisageable ».

Ses commentaires ont été repris par Sergio Pimenta, le vice-président régional de l'IFC pour le Moyen-Orient et l'Afrique, qui a affirmé que la révolution numérique aiderait à débloquer le vaste potentiel des chaînes de valeur agricoles.

« De nombreuses personnes ne peuvent pas accéder aux technologies... il est encore difficile de les faire évoluer d'un point A vers un point B », a déclaré M. Pimenta.

Au cours de cette rencontre de trois heures, des investisseurs, des agriculteurs et des représentants des gouvernements ont passé en revue un large éventail de sujets intéressant l'économie numérique de l'Afrique, tels que des financements pour les agriculteurs, les goulets d'étranglement, l'alphabétisation numérique, les systèmes de paiement et les possibilités d'investissement.

Ont aussi été évoqués plusieurs exemples de technologies numériques donnant des résultats positifs, telle que l'entreprise nigérienne Kobo360 fondée par Obi Ozor qui propose une application mettant en relation les conducteurs de camions et les entreprises avec les services de livraison.

M. Ozor a déclaré que l'inspiration pour son projet lui était venue du constat de l'absence de données sur les services de livraison.

« Nous avons constaté que les banques n'effectuent pas des prêts par voie numérique ou avec des données », a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre Ingabire du Rwanda a laissé entendre aux participants à la réunion que les agriculteurs doivent être considérés comme des parties prenantes et non pas comme des bénéficiaires.

Le cas du Rwanda a été présenté comme une preuve de réussite des réformes dans le secteur agricole en Afrique.

Mais une industrie en pleine mutation exige des règlements qui répondent aux changements de l'environnement, a-t-elle déclaré.

Dans une partie de la session consacrée aux investissements japonais en Afrique, Atsuko Toda, directeur de banque, a invité les investisseurs à s'intéresser aux pays africains qui offrent déjà des possibilités d'investissement prometteuses.

Dans son intervention de clôture, la vice-présidente Jennifer Blanke en charge de l'agriculture et du développement humain et social à la Banque a qualifié de passionnante la tâche consistant à tirer parti des technologies numériques destinées à l'agriculture, et a exhorté les participants à percevoir l'agriculture comme une activité économique, et non pas « uniquement comme un mode de vie ».

« Un risque existe, certes, mais il y a des rendements intéressants ; c'est le moment pour nous tous d'avancer dans cette direction... n'attendons pas trop... l'économie mondiale dans laquelle nous évoluons est concurrentielle, et nous avons tous déjà enfilé nos chaussures de course », a-t-elle déclaré.

« L'Afrique est en train de se numériser, et elle offre de grandes possibilités et un potentiel énorme. Vu les prouesses du Japon en matière de technologie, il est vraiment formidable que nos échanges aient lieu dans ce pays », a-t-elle conclu.

Contact: Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement, e-mail : a.mpoke-bigg@afdb.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.