Afrique: Dr. Natalia Kanem, Directrice executive UNFPA – "Les droits reproductifs des femmes et les filles ne sont pas négociabes"

Ouverture officielle de la Conférence Internationale sur Population et Développement (CIPD 25), le 12 Novembre 2019 à Nairobi, Kenya
12 Novembre 2019

C'est une Natalia Kanem très ferme qui s'est prononcée ce matin à Nairobi, lors de la cérémonie d'ouverture officielle de la Conférence internationale sur population et développement (Cipd). Ce mardi 12 novembre.

(Envoyé spécial) - "Les droits reproductifs des femmes et les filles ne sont pas en place pour la négociation. Et nous allons les protéger et les défendre".

C'est la déclaration "forte" que la directrice exécutive de l'UNFPA a lancée à la communauté internationale.

La fermeté de son discours renseigne sur l'engagement de l'organisme onusien et de ses partenaires à aller de l'avant malgré les progrès réalisés, 25 après, dans la lutte contre la violence basée sur le genre, la mortalité maternelle et infantile, le mariage des enfants, la scolarisation des filles, l'accès à la planification familiale...

Selon elle, « depuis le Caire, la mortalité maternelle est en baisse de 44 pour cent intentionnés quatre millions de femmes dans le monde sont encore en vie aujourd'hui qui, autrement, seraient morts pendant la grossesse ou l'accouchement, une bonne raison de célébrer".

Elle estime que la rencontre de Nairobi permet de rappeler à la communauté internationale qu'"une promesse faite doit être une promesse tenue aux filles et aux femmes, les garçons et les hommes, à tout le monde".

Dr Natalia Kanem estime qu'au moment où elle faisait son adresse, au moins 46 filles ont été trop jeunes contraints de se marier, d'innombrables personnes ont été victimes d'abus sexuels.

Sans oublier les trois femmes et les filles qui meurent de complications de la grossesse entièrement évitables oubien une vie écourtée, pour aucune autre raison qu'un échec collectif à fournir les soins de santé dont ils ont besoin et qu'ils méritent, comme le droit de tout être humain.

La Directrice exécutive de l'UNFPA replace sa posture de défenseur des droits reproductifs des femmes et des filles dans le contexte des Objectifs de développement durable (Odd).

"Nous le faisons parce que nous ne pouvons pas espérer éliminer la pauvreté et de la faim, pour améliorer la santé et le bien-être humain, à l'éducation garantie de qualité, ou parvenir à la paix et à la prospérité jusqu'à ce que chaque femme et chaque fille peut vivre en pleine égalité, avec dignité et respect".

Pour elle, cette démarche se justifie parce "renforcer nos sociétés, la croissance de nos économies, et surtout, la lutte contre le changement climatique tout cela dépend des femmes et des filles qui prennent le contrôle de leur corps, leurs choix et de leur avenir".

Pourtant, poursuit-elle, "il y a une raison fondamentale que nous respecterons la santé sexuelle et reproductive et les droits. Nous le ferons parce qu'il est juste."

La patronne de UNFPA estime que le monde ne devrait pas attendre encore 25 ans pour faire face. "Les droits de reproduction sont des droits humains, et nous ne reculerons pas".

Elle interpelle les participants de la CIPD 25 sur l'avenir à donner à la fille débordante de potentiel illimité et établie quelque part en Afrique et dans le monde.

Elle se demande ainsi si cette dernière: aura la liberté de décider qui, quand, et si elle se marie? Ou elle est forcée d'abandonner ses études et a épousé un homme plusieurs fois son âge?

Pourra-t-elle se lancer dans son voyage à la condition féminine, en toute sécurité dans sa maison, à l'école et dans sa communauté? Ou elle finir par abus, comme cela arrive à une personne sur trois femmes et les filles dans leur vie.

Va-t-elle apprendre la vérité sur la façon dont son corps fonctionne, et comment protéger sa santé? Ou son monde se tourné vers le bas à l'envers en découvrant qu'elle est enceinte, ignorant la façon dont il est arrivé?

Autant de questions qui devront trouver des réponses au terme de cette conclave de trois jours à Nairobi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.