Afrique: Mettre fin à la pauvreté énergétique en Afrique pour lutter contre le changement climatique

Pour la plupart des Africains, la combustion du charbon de bois et du bois constitue la seule source d'énergie. Cependant, à mesure que ces incendies brûlent, le carbone noir et la fumée accélèrent le changement climatique et sont une source de graves problèmes de santé et une cause de destruction continue des forêts.
8 Janvier 2020
guest column

Le carbone noir - émis par les moteurs à essence et diesel ou libéré par la combustion du bois, de la tourbe, du charbon de bois et d'autres combustibles solides - est le deuxième plus important contributeur au changement climatique après le dioxyde de carbone.

Pour la plupart des Africains qui n'ont pas accès à des sources d'énergie abordable, la combustion de charbon de bois et de bois reste leur seule source d'énergie. Cependant, alors que tous ces feux brûlent à travers le continent, le carbone noir et la fumée font plus qu'accélérer le changement climatique ; ils sont également une source de graves problèmes de santé et une cause de destruction continue des forêts. Heureusement, les derniers progrès en la matière laissent penser qu'il est possible de fournir des sources d'énergie alternatives à ceux qui en ont besoin afin de protéger la santé humaine, tout en luttant contre le changement climatique et la déforestation.

L'Afrique a la plus forte consommation de bois de chauffage par habitant au monde. On estime qu'en Afrique, plus de 80 pour cent des personnes utilisent une forme quelconque de bois de chauffage comme principale source d'énergie domestique ; plus de 80% des ménages des zones urbaines utilisent du charbon de bois, tandis que le bois de chauffage est utilisé principalement dans les zones rurales. Dans l'ensemble, la consommation de bois en Afrique devrait atteindre des milliards de mètres cubes chaque année. Tout ce bois qui s'envole a un réel impact climatique. On estime que la cuisson à l'aide de combustibles solides comme le bois et le charbon de bois en Afrique subsaharienne représente à elle seule quelque 6% des émissions mondiales de carbone noir. En outre, jusqu'à 34% du bois de chauffage en Afrique subsaharienne est récolté de manière non durable, ce qui contribue à la déforestation généralisée et à la dégradation des terres.

Selon les données de la Banque mondiale en 2017, seulement 23,4% de la population sierra-léonaise avait de l'électricité, tandis que plus de 90% dépendent du charbon de bois et du bois de chauffage pour cuisiner. En fait, l'accès à l'électricité est faible en Afrique de l'Ouest, notamment en Guinée (35,4%), au Libéria (21,4%) et en Côte d'Ivoire (65,6%). Selon Kandeh Yumkella, l'ancien Représentant spécial du Secrétaire général pour l'énergie durable pour tous, si les tendances actuelles se maintiennent, les Africains en seront encore à utiliser ces combustibles en cuisine en 2050.

En plus d'endommager l'environnement en contribuant au rétrécissement rapide des forêts tropicales humides et des zones boisées d'Afrique, l'exposition des ménages à la pollution de l'air, en particulier à la fumée des feux de cuisine, provoque 3,8 millions de décès prématurés chaque année, principalement dans les pays à revenu faible et intermédiaire, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Quatre-vingt-dix-huit mille (98 000) Nigérianes meurent chaque année de l'utilisation du bois de chauffage, et des milliers d'autres risquent de graves problèmes de santé. Après le paludisme, la tuberculose et le VIH / SIDA, la fumée est la plus grande cause de mortalité des femmes et des enfants. Elle est devenue un facteur de risque important dans la propagation et l'aggravation des maladies respiratoires chroniques comme la bronchite chronique, la maladie pulmonaire obstructive chronique et l'asthme. Mais la solution est simple ; selon Yumkella, mettre fin aux décès liés à la pollution atmosphérique des ménages est aussi simple que de fournir des solutions de cuisson propre.

Le besoin d'énergie alternative n'est nulle part aussi aigu que dans les pays de l'Union du fleuve Mano (MRU), c'est dire le Libéria, la Guinée, la Côte d'Ivoire et la Sierra Leone. En novembre 2019, une conférence multipartite de haut niveau sur les énergies renouvelables et la cuisson propre s'est tenue à Freetown, en Sierra Leone. La rencontre a été l'occasion pour une discussion approfondie sur cinq domaines thématiques clés - l'accès à l'énergie, le commerce sous régional d'électricité, la cuisine propre, les infrastructures de services publics et le lien entre l'énergie, la santé et le développement économique.

Plusieurs projets sont déjà en cours pour améliorer la production d'électricité dans la sous-région, notamment par des organisations régionales et des projets transnationaux pour mieux interconnecter les réseaux électriques des quatre pays. La réunion de Freetown a été l'occasion de mieux coordonner ces projets et bien d'autres tout en partageant les connaissances et en améliorant la coopération.

Les gouvernements de la MRU ont démontré leur attachement aux questions de la production d'électricité propre en envoyant une représentation de haut niveau à Freetown. Le président de la Sierra Leone a officiellement ouvert la rencontre et prononcé un discours liminaire. Il a noté qu'il n'était pas acceptable qu'une région avec autant de potentiel soit si pauvre en énergie. Avec un ensoleillement quasi-perpétuel, un potentiel de biomasse inexploité, des vents forts, de nombreuses rivières, un gaz naturel abondant et une vaste ceinture de réserves géothermiques propres, a-t-il déclaré, les besoins énergétiques de la région pourraient facilement être satisfaits.

La réunion comprenait une grande variété de parties prenantes, et les dirigeants nationaux ont été rejoints par des groupes de la société civile ainsi que des représentants de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), du Centre pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (CEREEC),  de Power Africa, Global Congrès renouvelable, de l' UNOPS, de  HIVOS et bien d'autres.

Après deux jours de discussions engageantes, la réunion a conclu que les gouvernements de MRU devraient travailler ensemble pour harmoniser les politiques en matière d'énergie renouvelable et de solutions hors réseau dans les quatre pays ; solliciter l'assistance technique de partenaires de développement internationaux pour entreprendre les études techniques pertinentes concernant l'état des solutions pour une cuisson propre ; créer une association MRU d'acteurs du secteur privé dans les énergies renouvelables et les solutions de cuisson propre ; s'engager à renforcer la coopération entre les législateurs dans les domaines de l'énergie, des régulateurs de l'énergie et des ministères de l'énergie ; entreprendre l'élaboration d'une feuille de route pour l'intégration du marché régional de l'énergie ; coordonner pour renforcer un environnement propice aux affaires afin d'attirer des investissements privés dans les secteurs énergétiques de la sous-région ; explorer et exploiter les opportunités pertinentes de commerce transfrontalier entre les États membres de l'UFM ; et s'engager à tenir une réunion annuelle multipartite.

La réunion de Freetown a été un bon début pour coordonner les efforts visant à mettre fin à la pauvreté énergétique dans la MRU et à lutter contre les menaces posées par carbone noir. Cependant, le travail acharné de mise en œuvre des recommandations reste à venir. La coopération et la coordination régionales seront essentielles pour mettre fin à la pauvreté énergétique, développer les énergies renouvelables et lutter contre le changement climatique.

Abdul Tejan-Cole est directeur principal de Mighty Earth, une organisation de campagne mondiale qui œuvre pour protéger les forêts du monde, résoudre la crise climatique et faire avancer les droits humains fondamentaux.

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.