Cote d'Ivoire: La sage décision de ADO

Le président Alassane Ouattara
5 Mars 2020
analyse

Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara ne sera pas candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Il vient de l’annoncer dans son discours très attendu à la Nation prononcé devant 352 Parlementaires réunis en congrès dans l’amphithéâtre de la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro.

Même s’il dit respecter ses engagements, Alassane Il prend ainsi de court tout le monde surtout ses  partisans qui se mobilisaient pour un éventuel troisième mandat de leur mentor.

Cette « sage décision » d’ADO, comme l’appellent affectueusement ses proches, sonne comme une décrispation dans un contexte très tendu.

Avec les dernières déclarations de part et d’autres en plus de l’affaire Guillaume Soro, beaucoup d’observateurs craignaient la résurgence de nouvelles tensions.

Si l’on se rappelle les nombreux dégâts causés par les deux crises politico-juridiques qu’a connu le pays.

Par ailleurs, Alassane Ouattara a annoncé des réformes à entreprendre pour rendre la constitution plus moderne et devant prendre en compte les nouveaux défis auquel la Côte d’Ivoire est appelée à faire face.

Ses réformes annoncées ouvriraient les portes à la jeune génération qui ambitionne de participer à la gestion du pays.

Cette nouvelle posture contribue au renforcement de la paix et de la réconciliation entre Ivoiriens mais surtout solidifie les acquis démocratiques du pays.

Elle s’inscrit en droite ligne aux recommandations stipulées par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui invite les politiques de la région à bannir le débat du troisième mandat.

Alassane Ouattara vient ainsi d’adopter une posture de leader qui sied au rang de la Côte d’Ivoire dans l’espace communautaire.

A côté de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou qui avait adopté la même démarche depuis longtemps, le président de la Côte d’Ivoire vient de démontrer que l’Afrique de l’Ouest peut encore compter sur certains leaders politiques pour consolider les acquis démocratiques gage d’une stabilité et d’un climat social favorable au développement.

Inspirer le Sénégal et la Guinée

La posture des présidents du Niger et de la Côte d’Ivoire devrait ainsi inspirer leur jeune frère du Sénégal, Macky Sall dont sa réponse « ni oui, ni non » sur un éventuel troisième mandat ne fait qu’attiser la polémique qui enfle actuellement dans le pays.

Une situation de flou savamment entretenue par ses collaborateurs qui convoquent une constitution dont, pourtant, était approuvée majoritairement lors du dernier référendum pour régler le problème des points essentiels dont la limitation des mandats dans ce pays.

La posture de ADO devrait également servir de leçon à son frère de la Guinée, en l’occurrence, Alpha Condé qui tente un coup d’essai avec un référendum sur la nouvelle constitution, devant lui ouvrir les portes d’un troisième mandat.

Malgré la reculade observée avec le report des élections couplées (législatives et référendum) qui devaient se tenir le 28 février 2020, la Communauté internationale, la société civile et l’opposition guinéenne doit rester ferme dans leur position de lui barrer la route et l’empêcher de se présenter une troisième fois.

Cette même détermination doit servir également à restaurer la paix et la stabilité dans un pays comme la Guinée Bissau qui, depuis des années, est minée par une crise institutionnelle sans précédent. Un état de fait qui, d’ailleurs, déteint négativement sur la situation économique du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.