Sénégal: Commercialisation des produits locaux transformés - Le café de Notto Diobass a le vent en poupe

Ndéye Fatou Ndiaye ; Présidente de l’union des groupements féminins pour le développement de Notto-Diobass.
20 Mai 2020

Le café en poudre « made in Notto Diobass » est-il en phase de marquer son territoire dans le marché de consommation courante au Sénégal ?

La question s'impose vue l'aura que ce produit est en train d'engranger  au fil du temps dans cette commune de la région de Thiès.

Ce produit localement conçu est en train d'induire des changements considérables dans la vie de centaines de personnes membres de l'Union des Groupements Féminins pour le Développement de Notto Diobass (UGDEN) qui s'y activent.

La présidente de cette Union, Mme Fatou Ndiaye, dans le même entretien accordé à l'équipe de allafrica.com basée à Dakar, confie que le produit dénommé « Café Notto Diobass » est réclamé de partout dans le Sénégal et les commandes ne cessent de grimper.

Selon elle, cette réputation a été capitalisée parce que le produit est exposé à chaque fois que les membres du Groupement participent à des foires au niveau national. « Certains de nos partenaires l'utilisent aussi dans leurs voyages d'étude », dira-t-elle.

La production ne cesse d'augmenter malgré la fin du projet de renforcement de capacité pour l'autonomisation des femmes du GIE UGDEN de Notto Diobass. Une initiative de deux ans (2017-2019) que l'United States African Development Foundation (USADF) avait financé à hauteur de $43,297.

Les femmes productrices de ce café qui, à leur début, transformaient puis commercialiser 100 kilogrammes par jour, sont actuellement à 500 kilogrammes, grâce à l'appui de l'USADF.

 « Actuellement, la population de Notto Diobass a adopté ce café qu'elle consomme sans réserve. Notre commune est devenue un marché certain pour ces femmes qui s'activent dans la transformation et la vente de café qui est transformé, vendu puis consommé à Notto », témoigne Mme Ndiaye.

Du café moulu de qualité produit par les membres de l’Union des Groupements Féminins pour le Développement de Notto Diobass (UGDEN), Thiès, Sénégal

D'après elle, « lors de la première année d'exploitation, les objectifs fixés n'ont pas été atteints. Pour la deuxième, les femmes l'ont largement dépassé. L'appui de l'USADF a été déterminant et a permis de réduire le déficit face à une demande qui ne cesse d'augmenter ».

L'impact n'est pas seulement financier mais comportemental. La présidente de l'UGDEN rapporte que le changement de comportement est perceptible chez des actrices comme Ya Rama, Ami, Ndogay, entre autres femmes qui s'activent dans cette activité liée à la vente du café.

A l'en croire, certaines d'entre elles livrent directement leur production aux commerçants établis dans les marchés qui le revendent en masse dans leur commune et ses environs.

Ce qui leur permet d'engranger des bénéfices leur permettant de diversifier et de disposer de ressources pour d'autres besoins ou bien pour renforcer leurs épargnes.

Un appui technique souhaité

Pour le café, au-delà de l'appui financier, les femmes de Notto souhaiteraient un soutien technique qui, jusque-là, est à leurs charges.

« On s'approvisionne mensuellement auprès d'un grossiste basé à la ville de Thiès et nous allons chercher l'emballage jusqu'à Dakar. Le transport, les frais de traitement du café, les travaux de manœuvre, sont à notre charge. Ce qui impact négativement sur notre bénéfice ».

Pour Mme Fatou Ndiaye, une meilleure pérennisation des activités des femmes s'activant dans le café, nécessite un soutien sur le coût des intrants.

« Cet appui souhaité pourra nous aider à mieux positionner notre café et le rendre plus compétitif sur le marché local et national. On veut le labelliser avec un système d'étiquetage qui répond aux normes afin d'accéder aux rayons des grandes surfaces, boutiques de prestiges et autres commerces de masse ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.