La centrale d'Aïn Sokhna illumine le quotidien des populations

29 Mai 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Le soleil se couche sur Aïn Sokhna et le ciel de la côte ouest du golfe de Suez s'embrase pour se parer de lueurs couleur rouge orangé. Le regard tourné vers l'horizon, Ahmed Ali Mohamed prend sa pause pour contempler le spectacle au moment même où s'illumine la centrale électrique dans laquelle il travaille depuis des années.

« Depuis le début du projet, je travaille à la centrale électrique d'Aïn Sokhna (120 km du Caire) en tant qu'ingénieur au département technique. Cette station est, à bien des égards, différente des autres car elle utilise une technologie plus efficace, plus économique et plus fiable » explique le quadragénaire.

La centrale thermique, mise en service en 2015, utilise une technologie de génération de vapeur dite « supercritique » disposant de deux unités de production d'électricité d'une capacité totale de 1300 mégawatts. Cette technologie combine chaleur et pression pour générer un rendement plus élevé réduisant ainsi la consommation de combustibles et d'émissions de Co2. Aujourd'hui, cette infrastructure favorise la transition énergétique de l'Égypte.

« Les ingénieurs sont responsables du développement du pays. Si nous le faisons mal, nous pouvons détruire l'environnement et nuire au pays, affirme Ahmed. Protéger les générations futures, c'est protéger l'environnement à un moment où la production électrique du pays est appelée à augmenter. Pour nous, c'est une grande responsabilité », lance-t-il fièrement.

Malgré une couverture quasi-universelle de son territoire, l'Égypte anticipe une demande de plus en plus forte. En augmentation annuelle d'environ 6 à 7% ces dix dernières années, la demande est portée par la démographie, la croissance économique et l'urbanisation. La centrale d'Aïn Sokhna contribue non seulement à répondre à cette demande mais elle s'inscrit aussi, plus largement, dans le cadre d'une vision énergétique durable incluant des projets d'énergies renouvelables de sources solaire et éolienne.

« Chaque pays a besoin de disposer de capacités de production appropriées à ses besoins. Pour un pays qui souhaite garantir les conditions de son développement et favoriser le progrès dans différents secteurs, l'électricité est essentielle », souligne Mustapha Salama Mohamed, vice-président de la compagnie East Delta Electricity Production, qui exploite la station.

La performance du secteur énergétique a un impact majeur sur la croissance économique du pays. C'est une priorité de l'Égypte que la Banque africaine de développement a soutenue à hauteur de 390 millions de dollars américains pour financer la centrale d'Aïn Sokhna.

« Étant donné qu'il s'agit d'un projet de grande envergure à l'investissement conséquent, le soutien de la Banque africaine de développement a été très important. Il nous a permis de poursuivre ce projet et de le mener à bien », se réjouit Mustapha Salama Mohamed.

La centrale impulse une nouvelle dynamique sur son territoire et offre de nouvelles perspectives d'emplois. « Travailleurs, ingénieurs, techniciens et ouvriers issus de Suez et de l'ensemble des régions du pays ont pu saisir de nouvelles opportunités d'emploi générées par le projet », confirme le vice-président d'East Delta Electricity Production.

Dina Nasser est assistante de direction à la centrale d'Aïn Sokhna. « À la fin de mes études, j'ai vécu une période difficile, raconte la jeune femme. J'ai passé deux années à chercher un travail jusqu'à ce que je trouve cette opportunité. Avec mon salaire, j'aide désormais ma mère. Et j'essaie d'économiser afin d'être plus indépendante ! Je voudrais surtout un meilleur avenir pour moi et mes enfants. »

L'énergie est à la base de tout progrès. De sa disponibilité dépend la satisfaction des besoins les plus élémentaires de l'humanité : l'eau, l'alimentation ou encore la santé. Éclairer l'Afrique en préservant l'environnement est une priorité stratégique de la Banque africaine de développement, qui contribue à l'amélioration des conditions de vie de millions d'Africains sur le continent.

Tagged:

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.