La Banque africaine de développement réaffecte un prêt de 3 millions de dollars à son secteur agricole en réponse à la pandémie de COVID-19

23 Juin 2020
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement a approuvé, le 18 juin à Abidjan, la réaffectation d'un prêt de trois millions de dollars pour aider le Togo à acheter des intrants agricoles destinés à renforcer sa sécurité alimentaire face à la pandémie de Covid-19.

Cette décision permet de rediriger les fonds nécessaires provenant d'un prêt du Fonds africain de développement précédemment approuvé vers le Projet de transformation agroalimentaire du Togo (PTA-Togo) pour l'achat d'engrais, de pesticides biologiques et de semences en faveur de quelque 150 000 petits agriculteurs, qui pourront ainsi gérer les effets du Covid-19 sur la prochaine saison de culture.

Depuis que l'Organisation mondiale de la Santé a décrété, en mars dernier, que le coronavirus était une pandémie, les gouvernements africains ont adopté des mesures de confinement strictes, dont les effets ont été néfastes pour les économies du continent. La crise sanitaire a non seulement perturbé les chaînes alimentaires en raison de ses répercussions sur l'offre et la demande, mais elle a aussi entraîné une baisse du pouvoir d'achat des producteurs, de leurs capacités et de l'accès aux intrants agricoles.

Le Togo est fortement dépendant de son secteur agricole, qui représente plus de 40 % de son PIB et emploie près de 65 % de sa population active. Si la pandémie persiste, le risque d'une crise alimentaire semblable à celle de 2008 sera assez élevé. Le gouvernement togolais veut éviter une telle crise en prenant les mesures appropriées, notamment en achetant des intrants agricoles de qualité pour les producteurs. L'utilisation de ces intrants devrait conduire à une hausse de 12 700 tonnes dans la production de maïs, de 18 000 tonnes dans celle du riz, de 1 700 tonnes dans celle des graines de sésame et de 2 200 tonnes dans celle des produits maraîchers.

« Outre la réduction des effets du Covid-19 sur la sécurité alimentaire, l'opération d'approvisionnement en intrants contribuera à une hausse de la production et, par conséquent, à une réduction des importations de produits alimentaires », a déclaré Martin Fregene, directeur du département de l'agriculture et de l'agro-industrie au sein de la Banque africaine de développement.

Pour juguler les effets de la pandémie en Afrique, la Banque a créé une Facilité de réponse rapide au Covid-19 avec un plafond de 10 milliards de dollars, dont l'objectif est de fournir à ses pays membres régionaux les ressources nécessaires pour faire face à la pandémie.

Un programme d'appui budgétaire au Togo, d'une valeur de 27,44 millions de dollars, est en cours d'examen. Il est destiné à fournir un soutien supplémentaire pour renforcer la résilience économique et sanitaire du pays face au Covid-19.

Au 23 juin, le Togo avait enregistré 569 cas de contamination au Covid-19, dont 13 décès et 380 personnes guéries.

Contact:

Amba Mpoke-Bigg |Département de la communication et des relations extérieures | Banque africaine de développement | email : a.mpoke-bigg@afdb.org

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.