Selon une nouvelle enquête internationale, le public souhaite une plus grande attention à la prise de décision fondée sur la science

24 Septembre 2020
Content from our Premium Partner
Philip Morris International (Lausanne)
  • La majorité des adultes interrogés pense que la science peut aider à relever des défis mondiaux cruciaux.
  • Toutefois, seul la moitié des répondants croit que les gouvernements sont entrain de bien faire en se basant sur la science pour prendre des décisions réfléchies/éclairées.

Lausanne, Suisse — le 14 septembre 2020 — Philip Morris International Inc. (PMI) (NYSE: PM) a publié, aujourd'hui, "In Support of the Primacy of Science/En soutien à la primauté de la science," un livre blanc qui examine les attitudes internationales relatives au rôle de la science au sein de la société, des entreprises et dans la prise de décisions. Le livre blanc qui porte sur les résultats d'une enquête indépendante menée par Povaddo pour le compte de PMI auprès de plus de 19 000 adultes dans 19 pays et territoires, indique que les citoyens du monde entier veulent que les gouvernements, les autorités publiques et les entreprises privées accordent la priorité à la science et aux faits quand il s'agit de s'attaquer à des problèmes cruciaux.

Les informations collectées à l'échelle mondiale révèlent que le niveau de confiance que les populations ont à l'égard de la science est élevé. La plupart des personnes interrogées (77 pourcent) espèrent que les progrès scientifiques permettront de résoudre bon nombre des plus grands problèmes sociaux. A l'appui de ce point de vue, il convient de noter qu'il existe également  un vif intérêt pour les entreprises qui accordent la priorité à la science, avec 90% des répondants qui ont déclaré qu'il est important pour eux que les entreprises investissent de façon permanente dans la science afin d'améliorer leurs produits.

Malgré ces attitudes positives, près de la moitié des répondants (47%) pense que la société n'accorde pas assez d'importance à la science. Compte tenu des opinions divergentes, le livre blanc conteste la nécessité pour les décideurs de se focaliser davantage sur la science pour éclairer les décisions politiques, la moitié (51%) des répondants estime que leur «gouvernement fait du bon travail en veillant à ce que la science et les faits/preuves soient pris en compte dans le cadre du processus de prise de décisions."

"La science peut aider à réaliser des progrès significatifs dans nos efforts collectifs qui visent à résoudre les problèmes les plus urgents du monde », a déclaré Docteur Moira Gilchrist, Vice-Présidente chargée des communications stratégiques et scientifiques à PMI. "Malheureusement, les gouvernements et la société, dans sa globalité, n'ont pas encore embrassé la science dans sa pleine potentialité, comme cette étude mondiale le prouve. Faire en sorte que les faits et les preuves bénéficient d'une plus grande importance lors de l'élaboration des politiques - par rapport à l'idéologie, à la politique et aux croyances infondées - contribuera à répondre aux attentes des populations vis-à-vis de la science, pour qu'elle soit au cœur des décisions qui auront un impact aussi bien sur eux que sur leur avenir."

L'étude révèle également que l'accès des populations à des informations scientifiques exactes est loin d'être garanti aujourd'hui. Près de la moitié de l'échantillon total a indiqué qu'il leur est difficile d'accéder à des informations fiables sur les développements scientifiques et les études pertinentes.

"La constatation est alarmante et envoie aux entreprises, à la presse et aux gouvernements un signal clair selon lequel la communication fidèle des informations scientifiques devrait rester une grande priorité», a ajouté Docteur Gilchrist. «Lorsque des informations scientifiques fiables sont rares, la désinformation, les suppositions extravagantes et les rumeurs peuvent prendre le dessus et entraver considérablement la capacité des gens à prendre des décisions éclairées."

PMI est en train de vivre une transformation fondamentale en une entreprise dirigée par les sciences-et technologies dans le but de créer un avenir sans fumée - un avenir sans cigarettes. Avec les encouragements réglementaires adéquats et le soutien de la société civile, nous pensons que cet objectif peut être atteint dans de nombreux pays dans un délai de 10 à 15 ans. La science est au cœur de cet engagement. Depuis 2008, PMI a investi des milliards de dollars dans la mise au point, le test et la fabrication de meilleures alternatives aux cigarettes à l'intention des adultes qui continueraient à fumer malgré tout. Ces produits sont le résultat de près de deux décennies de travail de R&D, étayés par un programme d'évaluation scientifique rigoureux et dirigés par une équipe qui compte aujourd'hui plus de 430 scientifiques et autres experts de renommée mondiale. Nous mettons nos découvertes et méthodes scientifiques à la disposition des autres entités qui souhaitent les examiner/étudier et invitons que des recherches indépendantes soient menées sur nos produits. Nous encourageons par ailleurs une vaste concertation scientifique avec les décideurs, les scientifiques et la communauté de la santé publique sur ces meilleures alternatives et le rôle qu'elles peuvent jouer. Dans la lutte antitabac et la réduction des méfaits du tabagisme.

Pour lire le document "In Support of the Primacy of Science", veuillez visiter le site https://www.pmi.com/primacyofscience.

Méthodologie de l'étude

Povaddo a mené cette étude en ligne/sur Internet pour le compte de PMI entre le 25 juin et le 8 juillet 2020. L'étude a porté sur 19.100 sujets de la population générale adulte, âgés d'au moins 21 ans et vivant dans 19 pays et territoires, à savoir: l'Argentine, l'Australie, le Brésil, l'Allemagne, le Hong Kong, l'Israël, l'Italie, le Japon, le Mexique, les Pays-Bas, la Norvège, les Philippines, la Russie, l'Afrique du Sud, la Corée du Sud, le Taïwan, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Vietnam. En ce qui concerne l'échantillon global, il existe une marge d'erreur de +/- 0,72% à l'intervalle de confiance de 95%.

Philip Morris International: Offrir un avenir sans fumée

Philip Morris International (PMI) mène une transformation dans l'industrie du tabac pour créer un avenir sans fumée et, à terme, remplacer les cigarettes par des produits sans fumée au profit des adultes qui continueraient quand-même de fumer, de la société, de l'entreprise et de ses actionnaires . PMI est une société internationale de tabac leader dans la fabrication et la vente de cigarettes, de produits sans fumée et des appareils et accessoires électroniques associés ainsi que d'autres produits qui contiennent de la nicotine sur des marchés en dehors des États-Unis. Par ailleurs, PMI expédie une version de son appareil IQOS Platform 1 et de ses consommables autorisés par la Food and Drug Administration des États-Unis à Altria Group, Inc. pour la vente sous licence aux États-Unis. PMI construit un avenir sur une nouvelle catégorie de produits sans fumée qui, bien qu'ils ne soient pas totalement sans risque, sont un bien meilleur choix que de continuer à fumer. Grâce à des capacités multidisciplinaires pour le développement de produits, des installations de pointe et une justification scientifique, PMI vise à garantir que ses produits sans fumée répondent aux préférences des consommateurs adultes et aux exigences réglementaires les plus rigoureuses. Pour plus d'informations, veuillez visiter les pages Internet www.pmi.com et www.pmiscience.com

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.