Niger: Le pays échappe à un nouveau coup d'Etat

Les membres de l'unité de génie des Forces Armées Nigériennes (Forces armées nigériennes) pratiquent les procédures des véhicules lors d'un cours de sensibilisation aux engins explosifs improvisés à Niamey, Niger, le 11 octobre 2019.
31 Mars 2021

Le président fraichement élu du Niger, Mohamed Bazoum l'a échappé belle. Alors qu'il doit être investi le 2 avril 2021, après sa victoire au deuxième tour âprement discuté, il vient d'échapper à un coup d'État  survenu dans la nuit de ce mardi 30 au mercredi 31 mars.

La presse internationale établie à Niamey fait état de tirs nourris entendus  dans le secteur de la présidence de la République à Niamey.

Selon les mêmes sources l'attaque visait le palais présidentiel. Ce qui confirme la tentative de coup d'État.

L'envoyé spécial de France 24 dans la capitale nigérienne indique que : « À mesure que les informations nous parviennent, il y a eu une attaque contre le palais présidentiel et une tentative de coup d'État ».

A l'en croire, « des tirs à l'arme lourde ont été entendus pendant une demi-heure dans le quartier du palais. La garde présidentielle a repoussé cette attaque et la situation semble être revenue sous contrôle. »

Un riverain du quartier du Plateau à Niamey, qui abrite les bureaux et la résidence présidentielle, interrogé par l'Agence France Presse, a évoqué des tirs à l'arme lourde.

« C'était vers 3 h (2 h GMT), nous avons entendu des tirs d'armes lourdes et légères et cela a duré quinze minutes avant de cesser, suivis de tirs à l'arme légère, tout a ensuite cessé », a raconté l'interlocuteur de nos confrères français.

Un autre témoin oculaire qui a parlé au micro de nos confrères rapporte que « les tirs étaient intenses, il y avait des armes lourdes et des armes légères ».

France 24 reprend le journal en ligne ActuNiger, qui confirme que « des tirs à l'arme lourde ont retenti vers 3 h du matin vers la présidence et les autres quartiers du centre-ville », mais rassure-t-il, « la situation est redevenue calme aux environs de 4 h ».

Cette situation n'était-elle pas prévisible si l'on sait que le chalengeur de Bazoum, en l'occurrence l'ancien président du Niger, Mahamane Ousmane, continue de contester les résultats du scrutin et a revendiqué la victoire.

il faut rappeler que le Niger qui est parmi les pays les plus pauvres au monde, a une histoire jalonnée d'attaques jihadistes particulièrement meurtrières et coups d'État. Le dernier en date avait vu le renversement de Mamadou Tandja, en février 2010.

A La Une: Niger

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.