« La pandémie de Covid-19 apporte une impulsion à une intégration régionale plus forte », déclarent les participants à la présentation du rapport sur l'Indice d'intégration régionale

19 Avril 2021
Content from our Premium Partner
African Development Bank (Abidjan)

À mesure que les pays sont en train de reconstruire leurs économies touchées par la pandémie de Covid-19, l'Afrique doit renforcer son intégration en matière de production et d'infrastructures, ont estimé les participants à un exposé sur l'Indice d'intégration régionale en Afrique (ARII) présenté le 15 avril dernier en mode virtuel.

L'Indice d'intégration régionale en Afrique est une publication conjointe de la Commission économique pour l'Afrique, de la Banque africaine de développement et de la Commission de l'Union africaine. Il offre des données actualisées sur l'état de l'intégration régionale en Afrique et évalue le niveau d'intégration de chaque communauté économique régionale et de ses pays membres.

« Le rapport insiste sur la nécessité de réaffirmer l'engagement en faveur de l'intégration régionale en Afrique », ont souligné les intervenants. Selon ces derniers, le début des échanges commerciaux dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) en janvier 2021, en pleine pandémie de Covid-19 et de ses effets déstabilisants sur la mobilité et les économies, a contribué à davantage mettre cette nécessité en évidence.

Alhaji Rashid Kibowa, directeur chargé du commerce au Secrétariat de la Communauté d'Afrique de l'Est, a estimé que le rapport offrait la possibilité de répondre aux trois grands défis majeurs auxquels le continent est confronté : la pandémie de Covid-19, la mise en place de la ZLECAf et la réduction de la pauvreté.

« Il est nécessaire de poursuivre le dialogue sur les questions concernant l'ARII et la méthodologie de manière à élargir le champ de couverture des domaines d'intégration évalués. Les questions fondamentales soulevées par le rapport sont de savoir si l'intégration existe pour l'Afrique et si elle est efficace en termes de réduction de la pauvreté et de transformation socio-économique du continent », a déclaré Alhaji Rashid Kibowa.

Publié en mai 2020, le rapport montre à travers les scores d'ensemble obtenus par les pays d'Afrique australe et d'Afrique de l'Est que beaucoup de choses restent à améliorer en matière d'intégration continentale.

L'Indice montre notamment que, dans l'ensemble, le niveau d'intégration sur le continent est faible, avec un score moyen de 0,327. Il souligne que l'Afrique est mal intégrée en matière de production et d'infrastructures, facteurs constitutifs de la base dont les autres éléments de l'intégration régionale dépendent pour fonctionner.

« La dernière édition de l'Indice d'intégration régionale en Afrique est non seulement publiée à un moment opportun, mais elle est utile pour aider tout pays d'Afrique à identifier ses principaux points forts et points faibles par rapport à ses performances en matière d'intégration régionale », a affirmé Stephen Karingi, directeur de la Division de l'intégration régionale et du commerce de la Communauté d'Afrique de l'Est

Pour Jean-Guy Afrika, directeur par intérim du Bureau de coordination de l'intégration régionale à la Banque africaine de développement, la pandémie de Covid-19 a mis en lumière les vulnérabilités du continent, notamment les faibles niveaux des échanges commerciaux intra-africains et la prolifération des barrières non tarifaires.

« Le continent ne se développera économiquement que si nous permettons la libre circulation des biens et des services à travers nos frontières, si nous autorisons la libre circulation des personnes et si nous développons les chaînes de valeur régionales. Il est pour nous urgent d'éliminer les barrières tarifaires et non tarifaires, d'encourager le commerce transfrontalier et d'ouvrir le ciel africain », a plaidé Jean-Guy Afrika.

L'Indice a été présenté lors d'une réunion tripartite du Marché commun pour l'Afrique orientale et australe, de la Communauté d'Afrique de l'Est et de la Communauté de développement de l'Afrique australe. Le rapport insiste sur le renforcement des chaînes d'approvisionnement et de la connectivité.

L'Indice, avec ses plateformes dédiées (https://www.integrate-africa. org/ fr/ accueil/ et https://arii.uneca.org/fr-FR), offre des données intéressantes sur l'intégration régionale en Afrique qui peuvent être utilisées pour analyser la façon dont sont élaborées les politiques et mieux les orienter.

L'Indice sera également présenté à deux autres communautés économiques régionales, l'Union du Maghreb arabe et la Communauté économique des États de l'Afrique centrale.

Contact:

Commission économique pour l'Afrique : Senait Afework Bekele, e-mail : afeworks@un.org et eca-atpc@un.org ou Sophia Denekew, e-mail : denekews.uneca@un.org

Banque africaine de développement : Emeka Anuforo, e-mail : e.anuforo@afdb.org

Commission de l'Union africaine : Doreen Apollos, e-mail : ApollosD@africa-union.org et EconomicAffairs@africa-union.org

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.